Clôture du projet « Le livre de A à Z »

Clôture du projet « Le livre de A à Z »

                     L’ALEF  était présente…

« Le livre de A à Z », est un projet qui a impliqué, tout au long de l’année scolaire, 700 élèves des classes complémentaires dans 25 établissements privés et publics sur l’ensemble du territoire libanais.

Placé sous le Haut patronage du Ministère de la Culture, le projet a été réalisé à l’initiative de l’Association An Nour  pour  l’enseignement et l’éducation, sous la direction de Mme Rima Younès, Coordinatrice Générale, en coopération avec l’Institut Français du Liban (IFL), l’Association Libanaise des Enseignants de Français(ALEF) la Bibliothèque publique de la municipalité de Bourg el Barajiné et le Centre Al- Mayadine.

Ont pris la parole successivement   M. Hayssam Amhaz, Président de l’Association An-Nour, Madame Iham Slim-Hoteit, Secrétaire Générale de (l’ALEF), Mme Randa Naboulsi, Membre du Bureau Exécutif de l’ALEF, Mme Rima Younès, Mme BlandineYazbec, Conseillère pédagogique à l’IFL, M. Zouheir Jaloul, Vice-Président du Conseil Municipal Boug El Brajiné et M.Ahmad Bazal, Conseiller du Ministre de la Culture.

Dans son allocution Mme Ilham slim-Hoteit  a précisé : « dans le cadre de ce projet qui vise à promouvoir  la lecture et  l’écriture chez nos jeunes écrivains en herbe, les élèves étaient appelés à produire une nouvelle policière et puisque « les livres naissent des livres » la première étape du projet a débuté dans les  Centres de Documentation et d’Information (CDI) des écoles. Ecriture, choix des  illustrations, première et 4ème de couverture créées en groupe, mise en page…tout a été accompli avec  enthousiasme et passion. Ce qui a contribué à la diffusion d’une culture de plaisir du texte».

De son côté, Mme Randa Naboulsi  a dit : « Ecrire, c’est à la fois quelque chose de très simple, que tout le monde a appris à l’école et quelque chose de très savant, et  compliqué, quand il s’agit de l’activité d’écrivain.

Grâce à cette expérience d’écriture plurielle, l’acte d’écrire est devenu une activité fluide et conviviale : Les inconnus de la rue 9, Le secret perdu, Le dernier message, Un coquelicot oriental…..en voilà quelques titres de nouvelles policières  produites par nos élèves ».

La remise  des trophées pour les écoles ayant participé au  projet, des attestation et des romans aux élèves a clôturé ce projet le 13 juin dans une grande cérémonie qui s’est déroulée au Campus Rafic EL Hariri de l’Université Libanaise.

Enfin, il reste à remercier l’Association AN–Nour , pionnière dans ce domaine, tous les partenaires et l’infatigable  Mme Rima Younès pour ses efforts bien louables.

                                                                   Ilham Slim-Hoteit

                                                                       SG de l’ALEF

« Printemps francophone » à AMLIEH

 

« Printemps francophone » à AMLIEH

L’ALEF était présente…

Le 15 avril 2019, clôture du festival « Printemps francophone » fut une journée spéciale, à l’Association AMLIEH.

Une belle cérémonie, clôturant le mois de la Francophonie, s’est déroulée dans les locaux de l’Association, en présence de son S.E.M. Victor Mircea, Ambassadeur de Roumanie au Liban, S. E. Mme Laura Mircea, Ministre et conseillère Culturelle et de Presse à l’Ambassade de Roumanie au Liban, Mme Sarah Chalabi, Membre du Conseil de L’Association AMLIEH, représentante de M. Yousssef Mohamad Baydoun, Président de l’Association, Mme Farah Baydoun, Mme Sophie Nicolaïdes-Salloum, Présidente de l’Association Libanaise des Enseignants de Français(ALEF), Mme Ilham Slim-Hoteit, Secrétaire générale de l’ALEF, M. Mohamad Hamadé, Directeur du Bureau de l’Association AMLIEH , M. Abbas Balout, Conseiller du Président de l’Association, M. Mohamad Hawila,  Chef du Bureau Pédagogique, les Directrices du primaire et du collège, Mmes Maya Chalhoub et Fatima Ghadar, M. Bassam Chahine, Directeur du Lycée, Mme Anca Chaito, présentatrice du festival et un grand nombre d’enseignants, de parents et d’élèves de tous les cycles.

Nous signalons que ce grand festival qui a offert aux élèves l’occasion de s’épanouir et de s’exprimer dans une langue riche en valeurs humaines et culturelles, a été organisée par Mme Maha El Housseini-Mazraani, Chef du Département de français à AMLIEH et membre du Bureau Central de l’ALEF, en partenariat   avec L’Ambassade de Roumanie au Liban, l’Institut Français du Liban et l’Association Libanaise des Enseignants de Français (ALEF).

Tout d’abord, Mme Maha El Houseini-Mazraani, a pris la parole pour dire : « Nous célébrons ensemble, aujourd’hui, une nouvelle édition du festival de la francophonie : cet événement présente à nos élèves l’occasion de s’épanouir, comme les fleurs du printemps, dans la langue française, de vivre l’interculturel, la convivialité, l’ouverture à l’autre et la liberté d’expression. Il contribue à montrer le beau visage d’un Liban ouvert et tolérant, celui qu’on aime garder ».

 Mme Sarah Chalabi a ensuite précisé, de son côté, que l’Association AMLIEH « subit, elle aussi, le passage des saisons. Notre Histoire a débuté en 1923, et le parcours de notre institution a laissé un impact certain sur l’Histoire du Liban et l’évolution de notre société. Comme un arbre de nos montagnes, AMLIEH a des racines profondes bien ancrées dans la terre et la roche du pays. Après maintes tempêtes, nous sommes à un point de notre destinée où le choix de survivre et revivre demande un effort de chaque membre de notre communauté éducative pour aspirer à des jours meilleurs grâce à une amélioration de nos résultats. En gardant à l’esprit l’image du renouveau printanier, nous devons relever le défi d’un engagement de toutes et tous dans la durée pour espérer en cueillir les fruits ». Quant à Mme Sophie Nicolaïdès-Salloum, elle a affirmé   que « cette journée mettra en relief les talents de nos jeunes élèves qui s’épanouissent lorsqu’on leur confie une tâche qui n’est pas un devoir ou un examen de français. L’ALEF encourage ces initiatives qui permettent aux apprenants de s’exprimer librement. Apprendre par le jeu, par l’art, est un moyen agréable de prendre contact avec cette langue porteuse de valeurs universelles qui nous ouvre aussi à l’humanité ». M. Victor Mircea, Ambassadeur de Roumanie au Liban, a enfin, mis l’accent sur son plaisir de coopérer, depuis de nombreuses années, aux actions de l’Association AMLIEH et de contribuer à la promotion et l’expansion de la langue française, vecteur de dialogue interculturel.

Après les allocutions des officiels, les prestations des élèves ont commencé dans une ambiance d’enthousiasme, de plaisir et d’épanouissement. Les élèves de la maternelle au secondaire ont excellé dans les différents spectacles, faisant ainsi preuve de passion et d’engagement exceptionnel.

 

Au programme :

10h 50 – 11h 45 : 

– Danse : Tableau de printemps, classe préscolaire PS1

– Présentation des activités réalisées en partenariat avec l’Institut français en 2018-2019

– Chanson : La vie est comme un jardin, classes EB1/EB2, École primaire Amlieh

– Théâtre : Le procès du loup, classe EB3, École primaire

– Chanson : Le clown, classes EB1/EB2, Collège Amlieh

– Conte : La Chèvre et ses trois chevreaux, classe EB4, École primaire

– Chanson : Les enfants de la Terre, Classe EB4, Collège Amlieh

– Diaporama PPt : Dessine – moi un proverbe, classes EB6, École primaire

– Chanson : Parler à mon père, de Céline Dion, classe EB5, Collège Amlieh

– Théâtre : Topaze de Marcel Pagnol, classe EB7, Collège Amlieh

– Présentation : Saison France – Roumanie, Classe EB8, Collège Amlieh

– Diaporama PPt : Histoire des alphabets : Le Graffiti, classe ES1, Lycée Amlieh

– Chanson : On écrit sur les murs, classe EB4, École primaire.

 

Après la remise des Prix du rallye lecture aux élèves, M. Mohamad Youssef  Baydoun, Ex- Ministre de l’Education et de l’Enseignement Supérieur au Liban  et Ex-Président de l’Association AMLIEH, nous a accueillis chaleureusement dans le prestigieux Salon d’honneur  historique de l’Association.                                                                              

                                                                       Pr.  Ilham Slim-Hoteit

                                                              Secrétaire Générale de l’ALEF

Amlieh

Témoignages post-colloque des intervenants et de l’IFL

Témoignages post-colloque des intervenants et de l’IFL

 

Chère Madame

Je voulais vous féliciter pour l’organisation et le contenu de votre colloque qui a été une véritable réussite.

Bien cordialement 

Rachida Dumas

Attachée de coopération éducative

Directrice du département langue française

Institut français du Liban

 

———————————

 

Bonjour à tous et à toutes 
Ce petit mot pour vous dire que mon voyage de retour vers la France s’est très bien passé. 
Surtout, je tenais à vous remercier pour tout, accueil, organisation, échanges et discussions, humanité qui nous ont réunis pendant ces journées. Et un mot tout particulier à toutes les organisatrices de cette belle conférence. 
J’espère donc à très bientôt, au Liban avec plus de temps. 
Je vous souhaite une très belle fin de conférence 
Merci encore 
Bien à vous 
Samuel  Nowakowski

Université de Lorraine, 

Associate Professor

 

———————————

 

Cher(e)s ami(e)s

Je suis bien rentré à Agadir. Je voudrais vous exprimer mes remerciements sincères pour ce colloque plein d’enseignements et d’échanges  et aussi pour votre hospitalité et votre accueil chaleureux. C’était très court mais très instructif. J’espère vous revoir tous une autre fois au Maroc ou ailleurs.

Voici le lien vers une vidéo qui montre quelques images du colloque. J’espère qu’elle vous plaira et vous rappellera les moments passés ensemble. Encore une fois merci au comité d’organisation qui a accompli un boulot superbe. https://www.youtube.com/watch?v=zkxSx2Mc4sE&feature=youtube

Amicalement

Ahmed ALMakari

Prof. Dr. Ahmed ALMAKARI
Professeur de l’Enseignement Supérieur
Consultant-Formateur International en E-learning 

 

———————————

 

Chère Madame Hoteit, cher( e) s collègues,

Mes remerciements les plus sincères à vous et à cette formidable équipe qui a tout mis en œuvre pour réussir cette fructueuse rencontre scientifique. Un grand merci à tous les chercheurs d’ici et d’ailleurs pour ces moments d’échanges et de partages.

Au plaisir de vous rencontrer encore une fois à Beyrouth ou quelque part dans le monde. ! Très bonne continuation à tous.

Amitiés.

Zeineb BEN GHEDHAHEM, Université de Tunis

 

———————————

 

Bonjour Dr. Slim-Hoteit,

J’espère que vous vous portez très bien.

Je vous remercie de m’avoir accueillie au colloque.

Je tiens à vous féliciter d’avoir organisé une manifestation académique internationale distinguée par son thème, ses intervenants et leurs interventions, son accueil et surtout par le souci des organisateurs d’assurer la qualité et la réussite.

J’étais aussi très contente d’avoir rencontré mes Professeurs, vous et Dr. Sophie Salloum.

Permettez-moi de vous le dire dans notre langue maternelle :

الله يديم عليك الصحة والعافية

Mes sincères sentiments.

Dr. Zeina MAKKI ,Université Libanaise,Faculté de Tourisme

 

———————————

 

 

Chers tous,

Merci à tous pour cette incroyable expérience, ces très belles rencontres et l’accueil qui nous a été réservé !

A très bientôt j’espère,

Sarah Delbois : ENSEIGNANTE DE FRANÇAIS LANGUE ÉTRANGÈRE SUR UNE PLATEFORME VIRTUELLE

 

 

———————————

 

 

Bien chers tous,

Je tenais également à vous remercier pour ce très beau colloque enrichissant autant scientifiquement qu’humainement. J’ai beaucoup appris pendant ces quelques jours passés à vos côtés, merci infiniment pour cela. Et bien sûr pour la découverte du Liban, de ses très belles universités et de ses enseignants. C’est une « générosité connectée » que je retiens de ce colloque sur le numérique ! 

 

N’hésitez pas à revenir vers moi, si vous pensez que je peux être la bonne personne ressource. Portez vous bien et très bonne continuation à chacun. 

Bien à vous,

Maud Ciekanski

Université de Lorraine
Laboratoire ATILF (UMR 7118, UL / CNRS)
Responsable scientifique de l’équipe « didactique des langues et sociolinguistique »

 

———————————

 

Chère Ilham, chère Randa, chers tous,

 

Les échanges (numériques) post-colloque sont presqu’aussi riches que les échanges pendant le colloque ! Comme mes compagnons intervenants, je souhaite vous remercier du fond du cœur pour votre générosité, pour l’organisation dont vous vous êtes chargées, pour la découverte du Liban que cela nous a permis. Je garde des souvenirs bien imprimés de ces trois jours, des enseignements de toutes sortes que cela m’a fourni. 

 

Bonne continuation pour le bon usage du numérique dans vos contextes spécifiques d’enseignement-apprentissage,

Toffoli  Denyze
Associate professor / Maître de conférences en anglais / didactique des langues
Directrice du Pôle Langues pour spécialistes d’autres disciplines (LanSAD)
Université de Strasbourg, Faculté des Langues

 

———————————

 

Chère Pr. Hoteit, chère Pr. Salloum, Chère Dr. Naboulssi, chère Joséphine et Cher Habib,

 

De retour à Constantine, j’ai été  happée par le travail… Heureusement que vous m’avez offert un moment de répit. 

Je vous remercie infiniment pour la chaleur de votre accueil, pour vos nombreux témoignages d’amitié,  pour l’excellence de l’organisation du colloque et pour les inoubliables visites des musées. 

J’ai été très touchée par la confiance que vous avez placée en moi en m’ associant à la rédaction du rapport de synthèse du colloque. 

 

J’espère de tout cœur que les liens tissés grâce à ces rencontres de haute qualité scientifique augurent de longues collaborations et surtout d’une longue et indéfectible amitié.

 

 Dans l’espoir de nous revoir bientôt  pour partager ensemble des moments aussi agréables.

 

Sincèrement

Nedjma  Cherrad

Université Frères Mentouri Constantine 1 – Algérie – Faculté des Lettres et Langues.

Laboratoire Sciences du Langage Analyse du Discours et Didactique

Compte rendu du colloque 2019

Compte-rendu du colloque

 « Le numérique dans les modèles éducatifs : réalité, défis et perspectives ».

Les modèles éducatifs n’ont pas été l’objet spécifique des communications du colloque, toutefois, ces dernières ont mis en évidence le fait que le numérique est perçu comme un outil, un moyen, et non pas comme un modèle. C’est un levier qui permet de reconsidérer, de réfléchir et de questionner.

Nous proposons, dans ce qui suit, un compte-rendu qui couvre les trois jours du colloque.

La synthèse et les recommandations paraîtront dans les actes du colloque.

 

3 avril 2019 : Rectorat de l’Université Libanaise.

 

Séance Inaugurale : Modérateur : M. Pierre Gédéon

 

Trois conférenciers ont pris la parole :

  1. Hervé Sabourin, Directeur régional de l’AUF au Moyen Orient.

Son intervention a porté sur « Le développement du numérique à l’AUF, stratégie, outils, dispositifs ».

  • La carte de l’AUF dans le monde : l’AUF couvre 113 pays et dix régions (l’Amérique du Nord, Haïti, l’Afrique, le Moyen-Orient, l’Asie Pacifique). 900 établissements sont membres de l’AUF ?
  • Au Moyen-Orient,84 établissements dans 15 pays. Le Liban est en première position 22 membres.
  • Stratégies de l’AUF : l’AUF est confrontée à trois défis : la qualité, l’employabilité et le développement global. L’axe « innovation pédagogique » porte sur le numérique.
  • L’AUF est au service de ses états membres : accompagnement à l’élaboration de la mise en œuvre du numérique, soutien aux compétences mise à disposition d’outils de gouvernance du numérique, etc..)
  • Présentation du l’outil de gouvernance IDNEUF (Initiative pour le développement numérique dans l’espace universitaire francophone) avec ses trois programmes ANEUF (ateliers numériques), BNEUF (bibliothèques numériques), et CNEUF (création de tiers lieux implantés sur les sites universitaires).
  • L’application BLOCK Chain, la FOAD, les MOOCS, et le projet ADIP.

 

  1. Samuel Nowakowski, Responsable des Humanités numériques à l’Ecole des Mines de Nancy.

 Sa conférence a porté sur « Conversation pédagogique dans un monde connecté ». Le numérique est une culture, une dimension de notre monde. M. Nowakowski a souligné les dangers de la pollution par le numérique (on produit 50 millions de tonnes par an de déchets électroniques). Cette matérialité a un grand coût. Le numérique a sa propre vision du monde il remplace les humains par l’instrumentalisation.

  • Développer les qualités relationnelles qui ne naissent pas spontanément de l’usage des plateformes du web.
  • Encourager les contacts des langues et cultures. Renforcer la place de l’autre ; c’est l’humain qu’on doit conserver dans cette logique.
  • Appel à repenser les outils, les espaces numériques, les réseaux sociaux.
  • Au niveau pédagogiques : favoriser l’ouverture, la participation, l’autonomie des élèves, leur permettre de devenir des individus et des citoyens

 

3, M. Pierre Gédéon, Enseignant-chercheur et Directeur du Campus de Hadath Université   Libano-canadienne. « Repenser les humanités numériques ».

  • L’homme doit reprendre sa place et utiliser intelligemment les masses d’information. Le quotient compétence est construit à partir de trois piliers : compétence, dimension sociale et qualité.
  • Nécessité d’une stratégie nationale pour développer le numérique dans les modèles éducatifs et besoin de législation pour une meilleure intégration du numérique.

 

4 avril 2019 à l’USEK

 

Séance Inaugurale : Modératrice : Mme  Nicole Saliba-Chalhoub

 

Deux conférenciers ont pris la parole : M. Frédéric Picard, Rédacteur en chef du Figaro et Mme Denyse Toffoli, de l’université de Strasbourg.

 

  1. La conférence de M. Picard a soulevé deux questions : A quoi sert l’école aujourd’hui ? Quels sont les piliers pour apprendre ?.

 Le numérique est un simple outil qui peut aider l’élève mais ne supprime pas              l’enseignant qui doit donner du sens au savoir. Même si les innovations bouleversent l’éducation, le pédagogue devra être au cœur de la transmission. 

  1. Mme Denyse Toffoli a ciblé les points suivants :

   – Les élèves peuvent s’approprier les langues étrangères de façon informelle en comptant sur le plaisir et l’autonomie.

    – Elle a présenté les multiples effets de l’apprentissage informel comme une solution pour un renforcement linguistique en dehors de la classe.

    – Repenser le rôle de l’enseignant qui doit savoir ce que font ses élèves pour mieux les guider. Il doit conseiller et non imposer sa façon d’apprendre.

      – Repenser le rôle des universités qui ne sont plus les seuls lieux d’apprentissage.  Aujourd’hui, nous sommes plus centrés sur les lieux ouverts.

 

1ére  séance : « Education numérique, acquisitions et représentations », animée par M. Fadi El Hage

 

  1. Gérard-Michel Cochard & M. Pierre Gédéon « Pertinence de l’usage du numérique dans l’enseignement supérieur » 

       Les chercheurs ont insisté sur l’importance l’intégration du numérique dans l’apprentissage : les cours en ligne ou MOOC (surtout pour les étudiants salariés), possibilités de suivi individuel des étudiants, développement de l’autonomie. Ils ont, par ailleurs insisté sur l’importance de la pédagogie et des méthodes d’interventions éducatives dans l’usage du numérique (classe inversée et autres).

 

 Mme Nadjmah Cherrad « TICE et déritualisation(s) interactionnelle(s) dans l’enseignement/apprentissage du français langue étrangère »

         L’accent a été mis sur l’observation de la trame communicationnelle, dans une classe de FLE intégrant les TICE, qui met en en évidence une communication figée de la part de l’enseignant. Les rituels et la relation « enseignant-enseigné » sont modifiés : les enseignants résistent au changement de leur posture « d’experts ».

 

 Mme Samira Boubakour « Le numérique en classe de langue : entre technophilie et technophobie »

        Ce sont les représentations des enseignants concernant l’intégration des TICE dans des séances de cours de langue qui ont été analysées : des différences de représentations entre les enseignants de français et d’anglais ont été identifiées. Les enseignants d’anglais semblent être plus tolérants quant à l’usage du numérique.

 

Mme Zeina Makki « Comment le numérique favorise l’apprentissage de la langue française. L’exemple d’une pratique de classe à la Faculté de Tourisme »

C’est le numérique comme nouveau support technologique au service de la didactique des langues qui a été interrogé. Appliqué à la Faculté de Tourisme de l’UL, l’intégration des TICE via la pédagogie de projet a donné d’excellents résultats, en termes d’apprentissage, mais aussi de motivation et d’autonomie.

 

Suite aux 4 interventions, des questions concernant, le rapport aux TICE, l’investissement des enseignants en termes de temps de préparation, la pertinence de la distinction entre enseignants de français et enseignants d’anglais, la formation des enseignants, les moyens de financement, le contexte … ont été posées.

 

Table ronde, « Numérique et pratiques pédagogiques : Les applications, les risques numériques, les formations » animée par Mme Sophie Nicolaïdès-Salloum, Présidente de l’ALEF. 

Deux sujets ont fait l’objet de débats intéressants : les usages du numérique dans les modèles éducatifs, les risques du numérique.

  1. L’enseignement à distance : 3 usages : basique, enseignement hybride, usage avance.

Le numérique est utilisé selon des pourcentages : au Liban 30%

Un problème se pose : les moyens techniques et les moyens humains insuffisants

Dans certains pays, l’emploi du numérique comme moyen d’apprentissage   n’est pas encore accepté.

Le numérique est une aide à l’apprentissage. A l’Université Libanaise, il est utilisé dans des cours de mise à niveau pour une meilleure maitrise du français.

Mais l’apprenant ne doit pas se laisser approprier par les outils numériques ; il doit les récupérer à son avantage.

Pour un intervenant, il peut remplacer le cours magistral.

  1. Les risques du numérique.

Sur la santé : cancer, insomnie, pollution

Le plagiat.

 Il existe des applications qui permettent de détecter le plagiat. Mais il peut être parfois difficile à détecter.

Une éthique est donc nécessaire.

Le plagiat peut être une aide si l’apprenant sait comment transformer les connaissances en compétences.

Atelier 1 « TICE un lien entre la classe traditionnelle et la classe hybride – Scénarisation d’un modèle pédagogique intégrant les outils du web 2.0 dans le processus d’enseignement/apprentissage des langues », animé par Joyce Rouhana et Gilbert Sawma de la Faculté de Pédagogie et l’UL, qui vise l’intégration numérique dans le domaine de l’enseignement-apprentissage des langues par le biais de l’intégration d’un Modèle hybride tout en suivant une approche didactique.

 

2ème séance : « L’usage du numérique dans l’enseignement ».

 Modératrice Mme Samar El Hage.

Plusieurs outils numériques ont permis un meilleur apprentissage des langues en impliquant les apprenants et en leur offrant une certaine autonomie.

Grâce au e-learning, au Pecha-Kucha, aux MOOCS, ils sont à même de présenter un exposé en gardant l’essentiel, ils sont appelés à évaluer leurs pairs, à s’initier à une langue étrangère.

Atelier /échange d’expériences : « Organiser un Hackathon pédagogique pour promouvoir l’utilisation du numérique en classe ». animé par Mme Sarah Delbois .

Comment, en tant qu’enseignant ou formateur, se former efficacement à l’intégration des TIC en classe?

  • Pour contrer le sentiment de submersion provoqué par le trop-plein d’outils disponibles et parfois par leur complexité d’usage, le Hackathon pédagogique pourrait représenter une solution, sinon unique, du moins adéquate et responsable. On peut comprendre le Hackathon comme étant “une contraction de Marathon du Hacking.
  • Le Hackathon peut-être découpé en 3 phases, dont la durée peut varier suivant le rythme de travail des équipes : la phase de créativité, la phase d’opérationnalisation et la phase de production.
  • Utilisation de programmes numériques pour réaliser le Hackathon : Realtime, Board, CANVA.
  • La mise en place du Hackathon favorise le travail en collaboration, le partage de compétences, des productions utilisables. D’où le caractère innovant des activités.

 

5 avril 2019

Séance inaugurale : modératrice Mme Randa Naboulsi

 

Deux conférencières : Mme Laura Abou Haydar et Mme Maud Ciekanski

 

Mme Laura Abi Haidar « Numérique et enseignement/apprentissage de l’oral en FLE »

L’enseignement apprentissage de l’oral bénéficie depuis quelques années d’une dynamique intéressante. Par le recours au numérique, les apprenants sont exposés à de multiples variétés linguistiques grâce aux « corpus oraux ».

 

Mme Maud Ciekanski « Pratiques immersives à l’ère du numérique : enjeux et perspectives pour l’apprentissage des langues »

La conférence a proposé un état des lieux des pratiques immersives en langues étrangères et en FLE au regard de la classe de langues. Compétences à développer pour un public déterminé, bénéfices apportés par le recours au numérique.

 

Ière Séance : « Éducation numérique » modératrice Mme Ilham Slim-Hoteit 

 

  1. Pierre Salam « Transformations des pratiques avec le numérique à l’université : du guidage enseignant à l’autonomie apprenante »

 L’accent a été mis  sur le taux important d’échecs en licence à l’université  attribués à plusieurs facteurs dont la maîtrise de la langue française à l’écrit et à l’oral. D’où la nécessité d’un dispositif d’accompagnement à double niveau, celui de l’enseignant et de l’apprenant. Le numérique a permis de construire de nouvelles modalités basées sur des bilans informatisés, des ressources pédagogiques en autonomie, des parcours de renforcement guidés, et des ateliers d’écriture collaborative.

 

Mesdames Aida Soufi et Amal Karam  « Ludification de l’apprentissage par intégration pédagogique des jeux numériques »

Les intervenantes ont présenté un projet universitaire, un cours en ligne pour former les enseignants des écoles aux nouvelles méthodes techno-pédagogiques. Cette présentation a détaillé également la démarche d’une ingénierie pédagogique suivant le modèle ADDIE et les compétences technologiques à développer à travers les outils « Moodle cloud » et les divers logiciels libres utilisés durant le cours.

 

Mme Paulette Ayoub, « Exploitation de séquences audiovisuelles en classe : innover pour motiver à l’apprentissage des langues à l’ère du numérique »

 La réforme pédagogique de 1997 a préconisé le développement de la compétence linguistique à l’écrit et à l’oral et l’utilisation des méthodes innovantes telles,  l’exploitation d’une chanson, d’un document sonore et du TBI…

L’intervenante a posé la question suivante : Est- ce que l’introduction du numérique dans l’enseignement/apprentissage des langues contribue au développement des compétences langagières et communicatives chez les apprenants ?.

Elle a ensuite proposé l’observation d’une classe d’EB7 où l’enseignante exploite une séquence audiovisuelle. Puis elle a analysé les stratégies d’enseignement et les gestes professionnels ainsi que les comportements des apprenants lors de cette séance de classe.

 

2ème et 3ème séances : « Référentialisation, méthodes et pratiques pédagogiques innovantes » et « Education numérique acquisition et représentation » modératrice Mme Laura Abou Haydar

 

Ghina Elabboud « L’intégration des TIC par les enseignants de français au Liban : formation, usages et défis »

L’intervenante a présenté les points de vue des enseignants sur les TIC et elle a fait état de l’équipement et l’usage du numérique dans les écoles libanaises en général et dans les classes de français en particulier.

 

Sonia Farkh et Joumana Khayal Chehayta  « L’intégration des technologies numériques et méthodes pédagogiques innovantes dans le système universitaire au Liban »

Une recherche empirique s’est intéressée sur l’utilisation des outils numériques dans l’enseignement /apprentissage des disciplines scientifiques en ciblant le processus d’intégration des TIC, les pratiques et modalités innovantes  d’apprentissage et les besoins de formation des enseignants.

 

Hiba Abou Khalil « Pour l’application des modelés SAMR et TRACK à l’aide d’outils TIC en ligne : étude de cas portant sur PADLET ».

Les apports des outils éducationnels numériques en ligne par le biais d’une étude de cas portant sur la plateforme « PADLET » (mur virtuel qui sert de support collaboratif pour tout travail de groupe, d’espace de communication, d’expression orale et écrite ainsi que d’outil populaire de classe inversée et de collectivisme).

 

  1. Slaim Laid « Le dictionnaire électronique à l’ère du numérique pour un apprentissage privilégié du lexique : réalités et intelligibilité »

L’utilisation du dictionnaire numérique renforce l’acquisition du lexique/vocabulaire de l’apprenant.

 

Mme Nada Abdallah « Enjeux, défis et perspectives pour les langues : la question du numérique »

Dans le cadre d’un projet international portant sur les dynamiques des usages, de la transmission et des représentations du français dans l’espace arabo-francophone au Maghreb et au Moyen-Orient, la présente étude vise à décrire et à comprendre les dynamiques linguistiques et l’appropriation du français dans le domaine numérique.

 

  • Atelier 2 « Pratiques numériques et multimodales en FLE », animé par Maud Ciekanski de l’Université de Lorraine. Cet atelier a porté sur l’intérêt de :
  • la multimodalité pour apprendre les langues ;
  • la prise de conscience de la multimodalité des outils numériques ;
  • et la prise de conscience des usages socioculturels des usages du numérique ;
  • l’intégration des outils numériques dans un scénario de formation ;
  • Le panorama a été dressé pour l’écrit ou pour l’oral, comment l’oral aide l’écrit ? Comment l’écrit aide l’oral ?

 

 

Rédactrices : Mesdames Sophie Nicolaïdès-Salloum, Ilham Slim-Hoteit et Randa Naboulsi.

Rapporteurs : Mesdames Maha el-Housseini et Faten Kobrosli.

Le numérique – jour 2 – ar

جامعة الروح القدس استضافت اليوم الثاني لمؤتمر « الرقمیة في نماذج التعلیم: الواقع والتحدیات والآفاق« 

استضافت جامعة الروح القدس- الكسليك اليوم الثاني لأعمال المؤتمر الدولي «  »الرقمیة في نماذج التعلیم: الواقع والتحدیات والآفاق »، الذي ينظمه تجمع أساتذة اللغة الفرنسية في لبنان (ALEF) بالشراكة مع مكتب اللغات الأجنبية في الجامعة اللبنانية وجامعة الروح القدس- الكسليك وجامعة الجنان والمعهد الفرنسي في لبنان، وذلك لمناسبة العيد الخمسين للاتحاد الفدرالي العالمي لأساتذة اللغة الفرنسية (FIPF).

شلهوب

بداية، كانت كلمة لعميدة كلية الآداب في الجامعة البروفسورة نيكول شلهوب أشارت فيها إلى « أنّ عملية التعليم، في أيامنا هذه، تتطلب الاعتماد على نظام إدارة رقمي للمعلومات الأكاديمية التي ترتبط، بدورها ببيئة رقمية للعمل، حيث تضم شبكة تربط بين الأساتذة والطلاب، ومصادر المعلومات… من هذا المنطلق، عمدت جامعة الروح القدس- الكسليك إلى اعتماد الرقمية في التعليم منذ 12 سنة، وذلك عبر اعتمادها لمنصة MOODLE وإدخالها مواد هجينة والتعلم عن بعد عبر الإنترنت على برامجها… وتجاه هذا الواقع، ظهرت الحاجة إلى إعداد الطاقم التعليمي والطلابي، على حد سواء، فجرى تأسيس مكتب خاص بالابتكار التربوي يعمل على الأدوات الرقمية والمراحل الضرورية والنماذج المثالية ونقل المعلومات ومؤشرات الأداء ومكتسبات التعليم، بغية ضمان تدريب متقدّم لكل أستاذ جديد ينضم إلى الجامعة ».

حطيط

ثم تحدثت الأمينة العامة لتجمع أساتذة اللغة الفرنسية في لبنان (ALEF) والمنسقة المشاركة للمؤتمر السيدة إلهام سليم حطيط التي أثنت على انعقاد هذا المؤتمر معتبرةً إياه « مساحة مشتركة لتبادل ومشاركة الآراء والأفكار والخبرات حول موضوع بات في صلب أولوياتنا. إذ أنّ الجميع أصبح يعي تأثير الرقمية في مختلف مجالات حياتنا، وتحديداً في قطاع التعليم. هذا وقد حلّت التقنيات الرقمية محل عدد كبير من أساليب العمل وخلقت قدرات جديدة. علماً أن النماذج التعليمية الحالية تتطلب مهارات جديدة ضرورية لإعداد مواطن يواكب عصرنا القائم. ويتمحور مؤتمرنا حول ثلاث نقاط أساسية، وهي: السياسات والأجهزة للتعليم بموازاة الرقمية؛ الطرائق والممارسات التربوية الابتكارية؛ التعليم الرقمي: التصورات والمكتسبات ».

سلّوم

وخُتمت الجلسة الافتتاحية بكلمة رئيسة تجمع أساتذة اللغة الفرنسية في لبنان (ALEF) البروفسورة صوفي نيكولادس سلوم مقدمةً لمحة عن التجمّع الذي « تأسس في العام 1990 والذي يعمل على نشر اللغة الفرنسية في لبنان، بالتعاون مع الأساتذة من مختلف الأقسام في المؤسسات التعليمية العامة والخاصة. يهدف التجمّع إلى إعداد أساتذة لغة فرنسية باستخدام الطرق الابتكارية والتقنيات الحديثة، وتشجيع تبادل الخبرات التربوية الناجحة من خلال أنشطة ثقافية والحفاظ على العلاقات مع البلدان الفرنكوفونية. واليوم، في هذا المؤتمر نناقش موضوعاً مستجداً أساسياً في التعليم ».

أعمال المؤتمر

بعد ذلك، عُقدت المحاضرة الافتتاحية بإدارة العميدة نيكول شلهوب وشارك فيها رئيس تحرير Figaro فريديريك بيكار مقدماً مداخلة بعنوان « تعليم كيفية التعلم »، ودينيز توفولي من جامعة ستراسبورغ التي تطرقت إلى موضوع « تعليم اللغات غير الرسمي عبر الإنترنت ». ثم عُقدت جلسات تخللها ورش عمل لتبادل الخبرات شاركت فيها نخبة من الأكاديميين من جامعات في لبنان والجزائر والمغرب وتونس وفرنسا.