Compte-rendu de la conférence « Le Blended Learning »

L’ALEF était présente…

Mercredi 13 juin  à 10h00  s’est déroulé  au Ministère de l’Education Nationale et de l’Enseignement Supérieur,  le séminaire organisé par La Faculté des Lettres de l’Université Libano-canadienne (ULC) en partenariat avec la Faculté des Lettres de l’Université Islamique du Liban (IUL) sur « Le Blended Learning » au service de l’enseignement/apprentissage au Liban : cas de l’enseignement/   apprentissage des langues. 

Le séminaire a été animé par M. Pierre Gédéon, Directeur de l’ULC et modéré par M. Ali Kazwini – Housseini, Doyen de la Faculté des Lettres de l’IUL.

Un grand nombre de spécialistes de l’enseignement des langues a participé au débat dont Mme Ilham Slim-Hoteit, Secrétaire Générale de l’Association Libanaise des Enseignants de Français(ALEF), en présence du Directeur Général de l’enseignement Supérieur  M. Ahmad Jammal et le Directeur du Bureau Moyen Orient  de l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF), M. Hervé Sabourin.

« Le blended learning » a été conçu suite à l’échec du « e-learning » controversé par les différentes instances éducatives qui lui sont réticentes. Il s’agit de combiner l’enseignement en présentiel et l’enseignement en ligne. M. Ahmad Jammal a confirmé que ce type d’enseignement est reconnu par les lois de l’enseignement supérieur au Liban mais en fonction de certains critères qui demeurent indéterminés jusqu’à présent.

Hervé Sabourin a déclaré que l’AUF est tournée, depuis un an, vers une stratégie d’innovation pédagogique qui vise à l’utilisation approfondie des outils informatiques. Et selon une initiative mondiale, l’AUF travaille avec le Ministère pour la sortie d’un portail de ressources numériques comportant une bibliothèque numérique et des formations en ligne sur le « Blended learning ».

Compte-rendu Amlieh Mai 2018

Compte-rendu de la Journée francophone à AMLIEH

14 mai 2018

Sous le  Haut Patronage du Vice-Président M. Youssef  Baydoun  et  en partenariat avec l’Association Libanaise des Enseignants de Français (ALEF)  et l’Institut Français du Liban (IFL), les trois établissements (l’École Primaire, le Collège et le Lycée) de l’Association AMLIEH ont  clôturé les activités francophones pour  l’année scolaire 2017-2018,  le 14 mai 2018, par un événement intitulé « Voyage culturel ».

La cérémonie s’est déroulée à AMLIEH en présence du Vice-Président M.Youssef  Baydoun, de la Présidente de l’Association Libanaise des Enseignants de Français (ALEF) Mme Sophie Nicolaïdès-Salloum, des adhérents de l’ALEF, des membres du Bureau de l’Association AMLIEH, des Directeurs des établissements scolaires, des enseignants de français et de Mme Maha Housseini, Chef du Département de français.

Le Vice-Président Monsieur Youssef  Baydoun  a ouvert la cérémonie par une allocution qui a mis l’accent sur les différentes dimensions et valeurs de la langue française :

« Nous célébrons aujourd’hui la langue française, sa créativité infinie, et les valeurs de paix, de solidarité, d’égalité et de respect de la diversité des cultures, qu’elle prône.

Le français est cette langue qui raconte le monde d’hier et de demain. Elle résonne par sa littérature, par sa poésie, par la chanson, le théâtre, le cinéma, le sport, le débat philosophique ou l’éloquence, partout sur les cinq continents. Elle tisse le récit entre des individus que séparent des océans, des déserts, des traditions, et qui, dans le creuset de la langue française, se retrouvent et se comprennent ».

Il a ajouté : « Lire c’est entrer dans la substance de la langue, mais aussi dans sa mémoire et son imaginaire. La lecture en français est au cœur de notre Institution. Le « Rallye de lecture » permet à nos élèves d’explorer d’autres cultures, et de se former. Ainsi, nous avons voulu faire des établissements de l’Association Amlieh un laboratoire de la Francophonie. Un espace d’éducation de qualité, de rencontres, de recherche, de travail, de découverte ».

Ensuite Madame Sophie Nicolaïdès-Salloum, Présidente de l’Association Libanaise  des Enseignants de Français, a pris la parole. Elle a présenté l’ALEF « Notre association est affiliée à la Fédération internationale des professeurs de français (FIPF) et elle est membre de la Commission du Monde Arabe (CMA), au sein de la FIPF. Cette commission a été fondée au Liban au cours du Colloque Moyen oriental organisé par l’ALEF en 1995. (Vous y avez participé M. Baydoun par une interview filmée) ». Elle a ensuite affirmé « Cette journée mettra en relief les talents de nos jeunes élèves qui s’épanouissent lorsqu’on leur confie une tâche qui n’est pas un devoir ou un examen de français. L’ALEF encourage ces initiatives qui permettent aux apprenants de faire preuve de créativité dans le domaine artistique. Apprendre par le jeu, par l’art  est un moyen agréable de prendre contact avec cette langue porteuse de valeurs humanistes ».

Enfin, Mme Maha Housseini, Chef du Département de Français à Amlieh, chargée de cours à la Faculté de Pédagogie, Section1, Correspondante Nationale de la CONFEMEN et Membre du Bureau Exécutif de l’ALEF, a montré  dans son allocution que « La francophonie est un espace où l’on peut apprendre le français autrement. Les enfants ont autant besoin d’art, de belles histoires, de poèmes et de musique que d’amour, de nourriture, de plein air et de jeux. Seule une pédagogie vivante, plaçant les idées et la culture au centre des apprentissages, permet de les élever… C’est avec enthousiasme et joie que nos jeunes élèves ont réalisé les différentes activités et ont expérimenté la richesse des échanges francophones dans la ressemblance et la différence ».

Suite à ces allocutions d’ouverture et dans un moment privilégié de l’identité francophone, le programme riche et varié s’est déroulé comme suit :

  • Chansons : les classes EB1, EB2, EB3, EB4 ( École Primaire AMLIEH et Collège AMLIEH)
  • Théâtre et présentation d’un auteur francophone (École Primaire AMLIEH)
  • Conte : l’élève, Zeinab Atwi, classe EB7 (Collège AMLIEH), a été sélectionnée pour participer au Festival “Le tour du monde en 80 contes”.
  • Journal de voyage: la classe EB7 (Collège AMLIEH) la présentation d’un projet artistique et littéraire “Les petits écrivent aux grands”, par l’Institut Français, dans le cadre des événements dédiés à la francophonie.
  • La remise des prix du Rallye Lecture, édition 2018.

Madame Ilham Slim-Hoteit

Secrétaire Générale de l’ALEF

4ème édition du congrès de la CMA – Agadir 2018

DATE DE L’ÉVÉNEMENT :

MARDI 24 JUILLET 2018 – SAMEDI 28 JUILLET 2018

Présentation:
La Fédération Internationale des Professeurs de Français (FIPF) et la Commission du Monde Arabe (CMA), et l’Association Marocaine des Enseignants de Français (AMEF), organisent le quatrième congrès de la Commission du Monde Arabe autour du thème: « Langue française, un projet de vie » du 24 au 28 juillet 2018 au Maroc, dans la ville d’Agadir.

Après le Caire en Egypte pour le premier congrès de la CMA, Beyrouth au Liban pour le deuxième, Hammamet en Tunisie pour le 3ème,le Maroc aura l’honneur d’ accueillir à Agadir non seulement les associations d’enseignants de français membres de cette commission mais également celles et ceux qui ont le français en partage et sont intéressés par la découverte d’autres lieux où la langue française jouit d’un statut particulier .
Agadir, la ville qui accueillera les congressistes, est une ville exceptionnelle, avec ses 9 km de plage et son climat doux à longueur de l’année. C’est l’une des plus belles stations balnéaires du Maroc.

Le choix du thème « la langue française, un projet de vie » traduit ce que, nous semble-t-il, représente pour les francophones, la langue française en tant que FLE: un projet de vie, à long ou à court terme. C’est une chance en plus pour un avenir meilleur, un projet d’ouverture et de développement personnel et social, un projet de réussite professionnelle, de modernisation et de développement, d’ouverture et d’interculturalité,…un projet de vie !
Lors de ce congrès nous échangerons nos réflexions et nos pratiques en ce qui concerne l’enseignement/apprentissage de cette langue que nous aimons.

Site du congrès: http://agadir2018.fipf.org

Appel à communication
Argumentaire

La Fédération Internationale des Professeurs de Français (FIPF), la Commission du Monde Arabe (CMA) et l’Association Marocaine des Enseignants de Français (AMEF) organisent, le quatrième congrès de la Commission du Monde Arabe autour du thème « Apprendre le français : un projet personnel, un projet de vie », sous le slogan, « le français, une chance » du 24 au 28 juillet 2018 à Agadir au Maroc.
Cette quatrième édition du Congrès sera l’occasion de réunir les membres d’associations de la commission du Monde Arabe et ceux des associations de professeurs de français qui évoluent à travers le monde, ainsi que les enseignants et chercheurs préoccupés par des problématiques d’ordre linguistique et culturel intéressant notamment l’enseignement du français en contextes arabe et francophone.

Réfléchir à un projet de vie en rapport avec la langue française, c’est se poser une panoplie d’interrogations :
• Pourquoi choisir le français comme langue d’expression ?
• En quoi le français peut-il être utile dans la vie d’un arabophone ?
• Quel rapport entre ce qu’on apprend dans une classe de français et ce qu’on peut en faire dans la vie ?
• Dans quelle mesure le français peut-il être un outil de promotion et d’épanouissement au sein du projet professionnel ?
• En quoi le français peut-il être un outil de réussite et d’excellence au sein du projet personnel ?
• Comment la classe de français peut-elle être un espace d’épanouissement et un vecteur d’ouverture ?
• Quels sont les enjeux actuels de la formation des enseignants de français ?
• Quel avenir pour le français à l’ère du numérique ?
• A quels défis se trouve confronté le français dans les sociétés arabes ?
• En quoi le statut du français détermine-t-il le rapport à la langue française ?
• Quel avenir pour le français dans les pays de langue arabe ?
• En quoi l’institution scolaire peut-elle constituer un espace de formation d’acteurs sociaux ouverts à d’autres cultures et tolérants envers d’autres valeurs ?
A ces questions qui s’inscrivent dans la thématique générale du Congrès, les conférences et les communications tenteront d’y répondre. Plus particulièrement, les interventions approfondiront bien la réflexion sur des problématiques précises proposées dans les axes thématiques.

Axes thématiques
Axe 1 : Le français, quelle incidence sur les projets de vie ?
• Projet personnel, projet professionnel au projet de vie
• Français et employabilité
• Les classes bilingues ou sections/filières internationales : un projet de vie ?
• Le français, ouverture aux autres cultures et à la dimension internationale
• Le français, langue de/en partage
• Enseigner le français : un choix
• Langue et société (ouverture sur l’espace francophone : journalisme, édition, communication, publicité, art et culture, etc.)
• Français et mobilité internationale
• Le français, langue de travail

Axe 2 : Le français, langue d’expression littéraire
• Récits de vie, romans autobiographiques
• L’émigration des écrivains, projet de vie ou projet d’écriture ?
• La question de la langue : écrire en français
• Dimension créative du texte maghrébin : apports à la langue française

Axe 3 : Le français et les sciences
• Le français, langue d’enseignement
• Le français : recherche scientifique et mobilité (étudiants et enseignants)
• Enseignement des disciplines non linguistiques
• Le lexique scientifique, la traduction scientifique et technique
• L’apprentissage par la conception (design-based learning)

Axe 4 : Politiques éducatives et linguistiques dans les pays arabes
• Rapport des langues dans les systèmes éducatifs des pays arabes
• Le statut du français et les choix curriculaires
• Les réformes des curricula
• Valeurs et enseignement du français
• Quelle politique pour le développement d’un bilinguisme, d’un plurilinguisme constructif
• Statut et représentations du français dans les sociétés arabes
• Francophonie et francophilie dans le monde arabe

Axe 5 : Didactique du français et projet de vie
• Dispositifs didactiques pour répondre aux motivations individuelles des apprenants (enseignement de la francophonie)
• Méthodes et approches d’enseignement/apprentissage du français (perspective actionnelle, didactique intégrée, approches plurilingues.)
• Enseignement des matières non linguistiques : quelle formation des enseignants?
• Emotions et construction des savoirs dans l’enseignement/apprentissage du français
• FOS, FOU : quelles compétences, didactiques, pédagogiques et disciplinaires de l’enseignant de français ?
• Influence de la langue de formation sur le projet de vie
• L’apprentissage par projet
• Activités périscolaires et projet de vie
• Le projet éducatif
• L’hybridation langagière
• Vers une autonomie des apprentissages
• Projet pluridisciplinaire à caractère professionnel

Axe 6 : Les Technologies d’Information et de Communication en Education (TICE)
• Enseignement hybride dans le scolaire et à l’université
• le projet de vie à l’ère numérique : MOOC (CLOM), plateformes universitaires, SPOC
• Classe inversée
• Les environnements pédagogiques sur le Web
• E-learning

Axe 7 : Enseignement du français et interculturalité
• Enseigner la dimension interculturelle du français
• Le français au- delà du choc culturel le français : projet linguistique et/ou culturel ?
• Quel français pour quelle culture ?
• Classe de français : une ouverture sur d’autres cultures et horizons

Axe 8 : L’évaluation en classe de français
• Donner du sens à l’évaluation
• Evaluer pour mieux faire apprendre
• Objectifs d’enseignement et techniques d’évaluation
• Tests d’évaluation certificative
• Apprendre par projet et évaluation
• L’évaluation par situation-problème
• Evaluation formatrice
• Evaluation par les pairs
• Auto-évaluation
• Evaluation critériée et renforcement des apprentissages
• Pédagogie de l’erreur
• Pédagogie différenciée et évaluation
• Remédiation et styles d’apprentissage

Comité d’organisation

Secrétariat- général
• Jean-Marc DEFAYS
• Stéphane GRIVELET
• Samir MARZOUKI
• Malika BOUNAGUI
• Naji CHOUKRI
• Adil ELMADHI
• Mimoun OUAMARI

Responsables des commissions :
• Commission scientifique : BELAGRA Hassane
• Commission logistique : ELMADHI Adil
• Commission communication : LOUIZ Driss
• Commission sponsors et exposants : OUAMARI Mimoun
• Commission culturelle : EL HAJJAMI Abdelilah

Membres de la commission scientifique :
• AZOUINE Abdelmadjid
• BAIDA Abdellah
• BELGRA Hassane
• BENJEDDI Touhami
• BERNOUSSI Mohammed
• CHADLI El Mostafa
• El BOURKADI Khadija
• ELMADHI Adil
• FOUSHI Mohammed
• JABALI Jamal
• MARTAH Amine
• OUAMARI Mimoun
• QANDIL Abdelaziz
• SLIM –HOTEIT Ilham
• ZEROUALI Mohammed

L’ALEF participe à la formation des « Universités de Bonjour du Monde (UDM)

Suite à sa participation au Concours des Inspirants, la Secrétaire Générale de l’Association Libanaise des Enseignants de Français (ALEF) Madame Ilham Slim-Hoteit, a été sélectionnée par la Fédération Internationale des Professeurs de Français (FIPF) pour participer à une formation  organisée par  les Universités de Bonjour du Monde (UDM) du 2 au 7 juillet 2017 à Nice.

Les « Universités de Bonjour du Monde » ne sont pas une université mais un programme de formation innovant dispensée par des spécialistes et experts du monde pour  les professeurs de français langue étrangère (FLE).

La thématique de l’année 2017 est La Paix, il s’agit de didactiser la paix pour enseigner le français : La langue française étant porteuse de valeurs d’universalité, de paix et de fraternité et la francophonie étant riche de diversité et de cultures complémentaires.

En marge de cette formation,  les  stagiaires participent à des excursions pour découvrir la Côte d’Azur et organisent des soirées culturelles pour parler de leurs pays et leurs cultures : pour cette session, ils ont découvert, grâce à ces soirées, les cultures et les spécialités culinaires de Nice, de Costa Rica et de l’Albanie.

Le programme de cette année a proposé plusieurs modules:

– Enseigner le français par les jeux.

– Faire évoluer ses pratiques pédagogiques.

– Enseigner le français en fonction des publics (enfants, étudiants, professionnels…)

– Travailler sur des aspects de civilisation en classe de français : mode, parfum, gastronomie, cinéma…

– Valoriser l’approche interculturelle en classe de français.

– Utiliser des supports authentiques en classe de français.

– Préparer ses élèves au DELF et les évaluer sur les niveaux du CECRL.

– Utiliser les nouvelles technologies en classe de français.

Pour clôturer  la formation, la Remise des attestations s’est déroulée dans une ambiance amicale d’enthousiasme et de joie partagée.

Madame Ilham  Slim-Hoteit remercie  la FIPF, l’ALEF, l’Institut Français du Liban(IFL) et les Universités Bonjour du Monde (UDM)  pour cette excellente formation.

Les participants à la formation lors d’une soirée culturelle à Azur Lingua

 

La Remise des attestations…

 

À Cannes

 

Cannes, le marché des fleurs…

Université d’été de l’AMEF à Tager (Maroc)

ASSOCIATION MAROCAINE 

 DES ENSEIGNANTS DE FRANÇAIS

UNIVERSITÉ D’ETE – TANGER

DU 24 au 28 juillet 2017

 

Compte rendu des travaux de l’atelier numéro 1, « Quels supports pour faire vivre la poésie à l’école, de la maternelle au cycle 1: de 5 à 9 ans? », animé par Dr Faten KOBROSLI  .

De prime abord force est de signaler que l’atelier s’est démarqué cette fois-ci par une caractéristique fort remarquable, puisque ses travaux ont été effectués pendant quatre jours bien garnis, d’où la nécessité d’établir un compte rendu propre à chaque journée de travail d’arrache-pied .

Avant de vous faire part des moments forts qui ont marqué les quatre journées de cet atelier, je tiens à souligner officiellement que notre animatrice Dr Faten, à qui je rends un vibrant hommage, n’a pas cessé de s’investir pleinement,  de par son dynamisme,  son enthousiasme, sa rigueur et son charisme, pour démontrer, sans ambiguïté aucune, que son atelier ne vise pas la transmission du savoir ni la verticalité enseignante, mais une atmosphère créée en commun accord, au sein de l’espace-classe où tout un chacun se sent responsabilisé, interpellé et invité à  agir et interagir pour réfléchir, partager et produire, à l’issue d’un investissement et d’un engagement à  la fois spontanés d’une part et personnels et pluriels de l’autre.

PREMIÈRE JOURNÉEPour une communication efficiente, un tour de table permet, aussi bien à l’animatrice qu’aux participants, d’entrer en connaissance les uns avec les autres. A ce rituel, succède la présentation des objectifs généraux de cette première journée, à savoir :

1- Identification des différentes représentations de la poésie chez le public.

2- Sensibilisation des enseignants quant aux programmes de la poésie.

3- Réflexion sur les pratiques quotidiennes de l’enseignement-apprentissage de la poésie en classe.

4- Sélection des poèmes, compte tenu des objets d’apprentissage et des supports utilisés.

 Concernant le premier point, l’animatrice a su recueillir et noter progressivement au tableau tous les mots évoquant, pour les participants, la notion de poésie. Cette banque de données constitue un champ lexical si ample, avoisinant 74 mots pour une interprétation de base bien riche au niveau pédagogique et didactique.

Prenant appui sur des témoignages de certains enseignants, concernant le déroulement de leur classe de poésie au Maroc, Dr Faten n’a pas tardé à  orchestrer, avec doigté, une réflexion collective, fort intéressante, à laquelle ont pris part tous les participants.

Très soucieuse de concrétiser l’aspect sublime et religieux de la poésie, notre animatrice a judicieusement usé du terme  « Prière  » pour inviter tous les participants à  imiter littéralement ses gestes et ses mouvements, en fermant les yeux et en s’imaginant dans une forêt où le friselis des feuilles, le chuchotement des arbres et le gazouillement des oiseaux, constituent un hymne à la nature, inspirant limpidité, pudeur et pureté d’un espace paradisiaque. Elle nous a montré comment il faut travailler les consignes, les lancer, les faire vivre en classe pour qu’il y ait des productions riches qui dépassent parfois les attentes de l’enseignant. Elle nous a expliqué comment il faut les interpréter en groupe classe pour mettre en valeur toutes les idées qui se complètent.

Il va sans dire qu’au terme de cette première journée, à  la fois constructive et riche en échange et en partage, un projet de sortie en plein air est annoncé pour le lendemain. Chacun des 23 participants est invité donc à venir prendre part à  cette activité collective, muni d’une feuille rose en « P » sur laquelle il aura inscrit les termes préférés, évoquant pour lui le monde de la poésie.

En guise de conclusion, l’on retient qu’une séance de poésie est par excellence une entrée dans l’univers de rêve, d’émotion, de créativité et de perception de la magie des mots. En d’autres termes, une séance de poésie est à la fois une occasion d’apprentissage de la langue et une ouverture en parfaite harmonie avec la musique, la danse, le théâtre et l’épanouissement artistique.

DEUXIÈME JOURNÉE : Déterminée à lever toute ambiguïté dans l’esprit des enseignants en herbe, Dr Faten n’a pas manqué d’insister sur les points suivants :

  • Une séance de poésie n’est ni une séance de mémorisation ni celle de récitation.
  • Une séance de poésie est plutôt  un temps d’interprétation, de construction de sens, allant du sens vers le sens.
  • Loin de toute action figée, une fiche d’une séance de poésie devrait être mobile, souple et ouverte à tout effort d’adaptation, eu égard à  une démarche pédagogique de base, visant principalement à favoriser et activer l’autonomisation des apprenants.

Pour ce faire, l’accent a été mis sur quatre stratégies à mettre en œuvre, à savoir :

A- Structurer (Enseignement Structuré),

B- Expliciter,

C- Intégrer,

D- S’approprier.

En mettant l’accent sur les spécificités et l’intérêt de chaque démarche créative, allant de la sélection d’un poème aux supports à mettre en œuvre, en passant par la définition des objectifs d’apprentissage, notre animatrice  a attiré notre attention sur deux types de visibilité: la visibilité interne qui concerne exclusivement les activités à  mettre en œuvre au sein de l’espace-classe et la visibilité externe qui se traduit pour la plupart, par la conception et l’exécution de projets, loin des contraintes de la classe. À cet égard, il y a lieu de signaler que Dr Faten a veillé à ce que tous les participants prennent part à la concrétisation d’un premier projet qui n’est autre qu’un moment inoubliable,  très fort et très émouvant. En un mot, il s’agit d’un rassemblement en liesse, au cœur des espaces verts de l’établissement d’accueil, qui a été une véritable fête où tous les participants se déchaînaient, jetaient en l’air leur « P » rose et répétaient des poèmes.  Tout le groupe classe était pleinement comblé de joie et de bonheur.

TROISIÈME JOURNÉE : Cette journée est un véritable chantier d’investissement pour chaque groupe de participants, chargé à  l’avance de faire l’exploitation détaillée d’un poème au choix, conformément à  la démarche de base, proposée et retenue, supra.

Pour que le travail demandé à chaque groupe prenne appui sur des bases méthodologiques solides et fasse également l’objet d’une élaboration minutieuse d’une fiche pédagogique d’un poème donné,  l’animatrice n’a pas manqué de doter,  avec la collaboration de messieurs Mohammed  FOUSSHI et Mohammed KARMOUNI, son assistance de deux canevas à suivre : le premier implicite et le second explicite.

Une fois les groupes passés à l’œuvre, compte tenu des orientations précieuses de Dr Faten qui n’a pas cessé de guider et de superviser le travail des uns et des autres, une fois les fiches demandées, élaborées et affinées au terme du temps alloué, une discussion riche et fort intéressante, a débouché  sur  la nécessité de retenir les idées pratiques ci-après :

– Une fiche d’une activité de poésie devrait être préparée et ne saurait être improvisée.

– Il n’existe pas de fiche standard, statique ou figée pour un cours de poésie, seuls le fond et la forme du poème, les objectifs spécifiques escomptés et attendus par l’enseignant, dictent la voie à emprunter, la démarche à adopter, les stratégies à mettre en œuvre et les multi-supports à utiliser.

– Être convaincu et admettre au quotidien pratique de la classe  de poésie, que chaque enseignant soucieux de motiver, d’engager et d’impliquer ses apprenants, est invité vivement à en varier et les supports et les approches, tout au long de l’année scolaire ( dans la classe et entre les différentes classes). Transcrire différents types de poèmes choisis sur des panneaux, dans le journal de l’école ou de la classe,  sortir de la classe et changer de cadre, … correspond parfaitement à  ce que disait Montaigne  » il faut  ensucrer les viandes  » et aussi à  la nécessité de varier en restauration,  les menus pour qu’ils soient appétissants et plus alléchants.

 

QUATRIÈME JOURNÉE : Cette journée de couronnement met à  l’honneur le terme « PROJET « avec toutes ses dimensions.  En effet la motivation,  l’engagement et l’implication des apprenants demeurent tributaires de la présence du maître-mot « Projet » qui,  une fois mis en place,  change de forme.  Au sein du petit espace,  la classe, l’on peut concevoir,  construire et finaliser  progressivement des mini-projets pour ensuite franchir les frontières, fuir les contraintes de la classe et ériger un grand projet en dehors de l’école, dans les grands espaces de vie de toute la société : à la mairie, au centre-ville, dans les jardins publics, dans les bibliothèques municipales, dans les halls des centres commerciaux, au salon du livre, …etc.

Loin du bâtiment éducatif,  loin du rituel scolaire,  Dr Faten a transformé l’espace classe et l’espace externe en un espace de vie,  de déchaînement et d’enthousiasme où la poésie jaillit,  gicle et émerge à  travers une galerie de chefs-d’œuvre,  voire une exposition interactive, notamment des activités ludiques, des écritures poétiques intelligemment et esthétiquement ornées et coloriées.

Très fiers  de leurs prestations et de leurs productions très raffinées, les participants soulignent avec conviction et détermination, grâce aux efforts louables et inlassables de Dr  Faten, notre aimable animatrice,  que la poésie est une source intarissable d’inspiration, d’imagination, d’épanouissement et de création à l’infini.

L’examen très attentif des créations exposées lors de cette séance de clôture, a débouché sur une panoplie de lectures récréatives variées (En solo, à  double voix, en chœur, avec des mots en écho, …) riches et ouvertes sur d’autres modes et approches d’animation, d’une activité formative et formatrice de poésie.

 

Grâce à sa beauté, son adaptabilité, son ouverture et sa richesse, la langue de Molière a su jeter des ponts avec la langue arabe pour la découverte et la construction d’un nombre infini d’interprétations.

En conclusion et au nom de tous, l’on  note que Dr Faten a pu et a su, pendant ces quatre jours, user de sa proximité, de sa sincérité, de son langage de cœur, de sa sincérité, de sa bonne volonté, de son écoute et de sa disponibilité pour que des liens d’amitié, d’amour et de grande estime soient tissés entre Nous et Elle. En apprenant et en découvrant avec notre animatrice un bon nombre d’approches et de démarches novatrices, relatives à l’enseignement de la poésie, nous lui témoignons solennellement et pour toujours Amour, Passion et Respect.

Un grand Merci et un  vibrant hommage à notre professeur Faten Kobrosli.

Rédaction du compte rendu fait par   FOUSSHI Mohammed, Comité Provincial de l’AMEF, Fès, et Dr KOBROSLI Faten, Université Libanaise, Faculté des Lettres et Sciences Humaines, Membre de l’association ALEF, Liban.

L’ALEF à la journée de formation  de CLE INTERNATIONAL à  L’IF.

 

Les membres du Bureau de l »ALEF à la séance d’ouverture de la journée de formation CLÉ International

Christelle Hayek animant un atelier de formation à l’enseignement du FLE

Ronald Dagher animant un atelier de formation à l’enseignement fut FLE

 

Allocution de Mme Sophie Salloum, présidente de l’ALEF:

http://alef-liban.org/?p=290&preview=true

 

Quatrains épars des étudiants de la Faculté de Pédagogie – UL

Département de Langues et de Littérature

 

Quatrains épars

ayant l’évasion pour thème

inspirés de L’École de la guerre d’Alexandre Najjar

préparés par les étudiants de la Faculté de Pédagogie – Section A

Module : Français langue d’enseignement 2

en vue de la rencontre avec l’auteur Alexandre Najjar, le 11-4-2017

Promotion 2016-2017 Continuer la lecture de « Quatrains épars des étudiants de la Faculté de Pédagogie – UL »

2ème rencontre avec Alexandre Najjar

Rencontre avec Alexandre Najjar à la Faculté de Pédagogie Section II de l’Université Libanaise

Mardi 11 avril 2017

Lorsque nous avons proposé, à l’occasion du mois de la Francophonie une rencontre avec l’écrivain libanais francophone, Alexandre Najjar, autour de L’Ecole de la guerre, l’intérêt que cette activité culturelle a suscité auprès des élèves et des étudiants a dépassé nos espérances. La salle de l’Institut français du Liban ne pouvant accueillir tous ceux qui désiraient participer, nous avons alors réservé une séance particulière à la Faculté de Pédagogie, Section I et II confondues. Continuer la lecture de « 2ème rencontre avec Alexandre Najjar »

Rencontre avec Alexandre Najjar

A l’occasion du mois de la francophonie et sur la proposition de Madame Ilham Slim-Hoteit, Secrétaire générale de l’ALEF et de Madame Randa Naboulsi-Kotob, membre du Bureau exécutif, l’Association Libanaise des Enseignants de Français (ALEF), a organisé une rencontre avec l’écrivain libanais francophone Alexandre Najjar autour de son livre L’Ecole de la guerre. Continuer la lecture de « Rencontre avec Alexandre Najjar »