JIPF 2021: Après Covid 19: défis et perspectives

                   Projet de l’ALEF pour la troisième édition de la JIPF 2021

                                      « Après Covid 19 : défis et perspectives »

La pandémie de Covid 19 a entraîné l’introduction de l’enseignement en ligne demandant une adaptation et un changement des méthodes pédagogiques établies et nécessitant une formation renforcée des enseignants à l’emploi des outils numériques.

Les différentes crises auxquelles le Liban est confronté depuis 2019 ont accru les difficultés rencontrées par les enseignants qui ont dû faire preuve d’inventivité pour mener à bien leur tâche d’éducateurs.

L’Association Libanaise des Enseignants de Français (ALEF), désireuse de participer aux efforts de nos collègues, a proposé, au cours de l’année 2021, des formations sur l’enseignement en ligne et, pour briser la routine des élèves et des étudiants confinés, des concours sur la poésie, le théâtre en ligne et la chanson RAP et deux rencontres avec des écrivains qui ont remporté un vif succès.

Mais il reste encore beaucoup à faire. A l’occasion de la Journée Internationale des Professeurs de et en Français (JIPF), nous nous proposons de réfléchir, à partir des expériences passées, sur les stratégies à mettre en place pour renforcer la formation des enseignants sur des méthodes pédagogiques innovantes dans le domaine du numérique. Il est aussi très important de se pencher sur les relations entre enseignants et élèves perturbées par la longue période du confinement.

Notre projet en quatre points traitera ces différents sujets :

  • Projection d’extraits des concours de l’ALEF sur le confinement.
  • Une brève interview d’élèves et d’étudiants sur les aspects positifs du confinement.
  • Un podcast : recueillement de témoignages de membres de l’équipe pédagogique (interview du personnel enseignant, professeurs, psychologues, responsables de la vie scolaire) en vue de création d’un podcast qui sera diffusé lors des activités de la JIPF.
  • Une table ronde sur « Après Covid 19 : défis et perspectives » à laquelle seront invités des représentants du Ministère de l’Education et de l’Enseignement Supérieur (MEES), du Centre de Recherches et de Développement Pédagogiques (CRDP), de la FIPF, de l’Institut Français du Liban(IFL), de L’Agence Universitaire de la Francophonie(AUF), de l’Université Libanaise – Bureau des Langues, de TV5 et

CLE International …

Cette Table ronde traitera la problématique suivante :

Quelles stratégies face aux défis causés par la crise sanitaire ? Quels dispositifs pédagogiques innovants et durables pour la période de l’après Covid 19 ?

Les questions posées aux personnes interviewées porteront donc sur les stratégies d’avenir pour un enseignement de qualité, les dispositifs de formation innovants et durables pour assurer le développement professionnel des enseignants, notamment sur le plan du numérique, et les activités à mettre en œuvre pour retrouver une relation pédagogique saine entre tous les acteurs de l’enseignement, et entre les enseignants et les apprenants.

 

Public visé :

  • Les membres de l’ALEF.
  • Les différents acteurs pédagogiques : directeurs d’établissement et d’université, enseignants de français et en français, responsables de la vie scolaire, psychologues scolaires.
  • Un grand public.
  • Des élèves et des étudiants.

Philippe Claudel : Écrire et rêver les images

« Écrire et rêver les images »

M. Philippe Claudel nous a fait l’honneur d’inviter l’Association Libanaise des Enseignants de Français, ALEF à participer

au colloque international en présence de l’Auteur « Philippe Claudel : écrire et rêver les images » les 03 – 04 – 05 juin 2021.

Ce colloque organisé par les laboratoires RIRRA 21 (Université Paul-Valéry) & LIS (Université de Lorraine), en partenariat avec l’IUT Nancy-Charlemagne, le cinéma Diagonal, le Musée Fabre & Occitanie Livre & Lecture, n’était pas ouvert au grand public il était réservé à quelques spécialistes sur invitation.

L’ALEF représentée par sa Présidente Madame Sophie Nicolaïdès Salloum et sa Secrétaire Générale Madame Ilham

Ilham Slim-hoteit a suivi avec beaucoup d’intérêt ces trois jours d’échanges et de discussions autour de l’œuvre de Philippe Claudel qui a aimablement accepté notre invitation à une rencontre en webinaire sur Zoom avec un public libanais d’èlèves,d’étudiants et d’enseignants.

3 juin

La Session 1 inaugurale sur la peinture a débuté par la conférence de Serge Bourjea (Université Paul-Valéry Montpellier 3).

Il s’agit d’une lecture comparative avec le cinéma et les tableaux de peinture : « Il y a longtemps que je (t)’aime ».

Cette session a été suivie par « Petite visite guidée pour les participants – avec station-lecture devant La Lutte, d’Émile Friant… « À travers les chefs d’œuvre du Musée Fabre… »

Session 2 : « Aux lieux de l’image (le musée, le cinéma) »

– Aude Jeannerod (Université catholique de Lyon) : « Le musée dans l’oeuvre de Philippe Claudel : mort ou vif ? »

– Dominique Bonnet (Université de Huelva, Espagne) : « De l’image à l’écrit : voyage aller-retour dans l’univers de Philippe Claudel ».

4 juin

Session 3 : Territoires lorrains (le cinéma, la littérature)

-Emilie Léchenaut (Université de Lorraine) : « Enjeux des représentations territoriales dans les œuvres cinématographiques de Philippe Claudel : entre espaces visuels-narratifs et expérience perceptive »

– Delphine Le Nozach (Université de Lorraine) : « Philippe Claudel, un regard cinématographique qui réinvente le territoire régional »

-peter Dytr (Masaryck University, République Tchèque) : « L’anatomie de la prison selon François Bon et Philippe Claudel : regards

Session 4 : Basses continues (la mort, le rêve)

– Anne Strasser (Université de Lorraine) : « Mort l’oubli. La mort dans quelques œuvres de Philippe Claudel : usage de la vie et usage du monde »

-Pierre Bonnet (Académie de Poitiers) : « Le rêve est l’avenir du vrai : une lecture de ‘‘La Petite’’ »

Session 5 : Stratégies narratives (le roman, la scène)

-Mara Magda Maftei (Université de Bucarest, Roumanie) : « La perte de l’identité (à propos de L’Enquête) »

– Francisco González (Université d’Oviedo, Espagne) : « Ouvrir au couteau : les enjeux de l’incipit chez Philippe Claudel »

-Lieven D’hulst (KU Leuven, Belgique) : « La petite fille de Monsieur Linh mis en scène par Guy Cassiers : un projet européen »

5 juin

Session 6 : Mondes sensibles (les lieux, les odeurs)

-Pierre Schoentjes (Université de Gand, Belgique) : « Entre paysage de brouillard et pays de neige : Claudel flâneur et montagnard »

-Isabelle Dangy (CIRIEC, Saint-Étienne) : « Images odoriférantes : le désir d’absorber le monde chez Philippe Claudel »

Session 7 : De l’amitié Yves Ravey : « La lettre. La confidence, la consolation, l’intimité » Philippe Claudel & Yves Ravey : Entretien animé par Pierre Schoentjes.

Ces quelques jours nous ont plongés dans un monde merveilleux d’écriture, de rêves et d’images : textes images, cinémas et musées étaient au rendez-vous d’une œuvre riche et foisonnante.

Merci Philippe Claudel de cette invitation.

NB :

Rencontre avec Philippe Claudel

Lundi 14 juin 2021 à 16 heures sur Zoom :les coordonnées seront communiquées ultérieurement aux participants inscrits

Pr. Ilham Slim-Hoteit

Secrétaire Générale de l’ALEF

cérémonie de remise des prix du concours « Écris et dramatise-moi une poésie »

La poésie au théâtre …
La cérémonie de remise des prix du concours « Écris et dramatise-moi une poésie » autour du thème de « la joie sur terre », organisé par l’Association Libanaise des Enseignants de Français « ALEF » en partenariat avec l’Institut Français du Liban « IFL » et la Fédération Internationale des Enseignants de Français « FIPF », a eu lieu le 9 avril 2021 à 16 H, 00 sur Zoom. Elle s’est déroulée, dans une belle ambiance festive animée par l’enthousiasme, l’amour de la poésie et le plaisir du théâtre.

Étaient présents M. David Boulay, Directeur du primaire au Collège Protestant Français, CPF, Mme Farah Nauf, responsable du primaire au collège Notre Dame de Balamand, Mme Sophie Nicolaïdès-Salloum, la présidente de l’ALEF, Mme Fatima Fneich, Coordinatrice de français à El Mayadeen College, les membres du Bureau Central, Mesdames Maha Husseini, Ilham Slim-Hoteit, Joséphine Akl, Faten Khaled Kobrosli, Hasna Bouharfouch, Odette Yenni et M. Habib Zorkot.

Enseignants, élèves, conseillers pédagogiques, responsables de l’éducation étaient également au rendez-vous.

Après le discours d’accueil de la présidente de l’ALEF, M. Habib Zorkot, le webmaster, a partagé son écran pour projeter les vidéos des participant.e.s selon un ordre croissant des années scolaires. Il a commencé par le préscolaire pour arriver à EB6, le concours étant dirigé aux élèves du cycle primaire dans les établissements publics et privés. A suivi, l’entretien des élèves par Mme Ilham Slim-Hoteit : ce fut un réel plaisir d’entendre les réponses des élèves aux questions posées. Leur joie, leur émotion, leur sincérité et leur implication dans un projet qui leur tient à cœur, furent impressionnantes.
Mme Odette Yenni, enseignante au Collège notre Dame de Balamand, membre du BC de l’ALF, initiatrice du concours, a témoigné de cette expérience. « A tous les établissements qui ont participé au concours, je dis ce que j’ai déjà publié dans un article sur le blog de notre Collège : « capbalamandekablog.com”: “ La vie ne semble jamais être à la façon que nous voulons. Les difficultés que nous traversons ne sont pas là pour nous détruire, mais pour nous aider à réaliser notre potentiel. ” Époustouflante est ma joie, alors, chers participants : de vous entendre annoncer la dissipation d’une grave pandémie et l’arrivée d’un doux printemps qui illumine nos journées. Epoustouflante est ma joie aussi :
– De me permettre de voir les couleurs,
– De déguster le bonheur que ressent chaque enfant dans les bras de sa mère, avec sa famille et ses amis,
– De me donner la liberté de conjuguer la joie avec vous,
– La danser, la chanter en Haïku,
– Et la lire dans les contes de fées.
Merci très chers participants. Vous m’avez comblé de joie et vous m’avez fait répandre de grosses larmes de joie. Notamment, derrière tout cela, Mme la présidente, il y a une association avec ses membres associés et élus qui méritent ma gratitude. Merci ALEF.
Je tiens à remercier cordialement Dr. Ilham pour son soutien et son moral invincible. Mes remerciements vont aussi à Dr. Faten kobrosli et M. Adrien Payet qui ont lustré ce concours avec leurs propositions poétiques et théâtrales virtuelles. Je remercie également, mes élèves et leurs parents qui ont voulu me consacrer une partie importante de leurs temps pour réussir les poésies et les dramatisations que je leur faisais répéter maintes fois. Je remercie de même, la responsable du cycle primaire, Mme Nauf, présente avec nous, pour son encouragement et sa confiance. Enfin tout le bon courage à mes deux collègues : Mme Nay Attieh et Mme Maya Nehmeh dans l’exécution des deux concours : « Poésie en chanson » et « Poèmes en herbe ».
La proclamation des prix par la Présidente Mme Sophie Nicolaïdes-Salloum fut le temps fort de cet évènement :
Les lauréats par ordre alphabétique des prénoms :
Angélina Haddad, Ecole El Safir.
Aya Hoteit, CM2 B, Collège Protestant Français, CPF.
Mayelle Fayad, Notre Dame de Balamand
Narjess Moussa, El Mayadeen college
Thérésa Dib,Saints Cœurs Bauchrieh.
Prix spécial du jury, par ordre alphabétique :
Abdallah Khamiss, El Mayadeen College
Hassan Jbeily, Ecole officielle de Rmayleh
Tia Khawam, Notre Dame de Balamand
Yacoub Andrwos, Notre Dame de Balamand
Hawraa Maatouk, Selena Badran, Issa Berro , groupe de PS3, El Mayadeen College.
La présidente a remercié les établissements, les enseignantes qui ont encadré les élèves :
Mesdames Sahar Hamzé, Collège Protestant Français CPF, Rita awad, Saints Cœurs-Bauchriéh, Odette Yenni, Collège Notre Dame de Balamand, Roua Nehmé, Reina Bitar, El Mayadeen College, Nadine Chabab-Haddad, Ecole Officielle de Rmayleh.
Quelques retours :
« Le concours était une réussite, Félicitations pour ce travail d’équipe »: Mme Sophie Nicolaïdès -Salloum
« Tous mes remerciements aux enseignants et aux responsables des écoles qui ont participé au concours de poésie. Bravo les élèves qui nous ont émerveillés avec leurs poèmes, leurs chansons, leur dance, et par le théâtre…. Mille Félicitations ! »: Mme Maha Husseini
« La belle énergie des enfants nous a émerveillés »: Dr. Faten Kobrosli
« Les enfants étaient magnifiques, j’étais très émue quand ils parlaient du cèdre emblème du Liban, leur beau pays qu’ils veulent protéger »: Professeure Nadjma Cherrad , Algérie
Prochains concours :
Le 20 mai 2021 : « Poèmes en herbe »
Le 24 mai : « Poésie en chanson »
le 29 mai « Jouons au théâtre »
La Secrétaire Générale de l’ALEF
Ilham Slim-Hoteit

Comment inverser ma classe en modalité hybride ?

Dans le cadre du cycle de formations, Organisées par l’Association Libanaise des Enseignants de Français, ALEF en partenariat avec l’Institut Français du Liban, IFL et la Fédération Internationale des Professeurs de Français, FIPF s’est déroulée le 2 avril 2021 de 16 à 18 heures, sur Zoom la formation :
« Comment inverser ma classe en modalité hybride ? », animée par Madame Cynthia EID, messieurs Marc Oddou et Philippe Liria (auteurs du livre « la Classe inversée ») et Mme Annick Hatterer (Clé international)
La classe inversée suscite un engouement avéré dans la sphère de l’éducation. Certains témoignages sont enthousiastes à la suite de l’expérimentation de cette approche mais d’autres sont plus méfiants. La problématique de la formation est de savoir comment la classe inversée se pratique en modalité hybride dans un cours de FLE et quelle est sa particularité. Quels en sont les avantages et les limites ? Elle vise à sensibiliser les enseignants à une approche pédagogique différente du cours magistral et de mettre en application les principes de la pédagogie active.
La séance a débuté par le discours d’accueil de la Présidente de l’ALEF, Mme Sophie Nicolaïdès –Salloum, suivi de l’intervention de Mme Cynthia Eid, Vice-Présidente de la Fédération internationale des professeurs de français (FIPF), Professeure-Chercheuse, Doyenne de l’École de formateurs, Directrice de la pédagogie et de l’Innovation Groupe IGS, Paris-Lyon et Toulouse, France. Mme Eid a présenté le plan de la formation « nous verrons ce qu’est la classe inversée pour les néophytes, nous analyserons les apports et valeurs ajoutées aux étudiant.e.s et enseignant.e.s et nous nous pencherons enfin sur son déroulement et ses limites d’un double point de vue étudiant.e et enseignant.e. » elle a ensuite donné une définition de la classe inversée « Ne se définit pas comme un modèle pédagogique normalisé et directement transférable mais comme un effort collectif attisé par les facilités qu’offre le numérique, pour reconsidérer globalement l’organisation de la séquence pédagogique ,en interrogeant la temporalité et la spécialité et mettre en place des conditions d’apprentissage plus stimulants pour les élèves, plus proches de leurs besoins et susceptibles de les conduire vers une plus grande d’autonomie dans leurs relations aux savoirs ».Ont suivi, dans une alternance très subtile avec avec Mme Cynthia Eid , les interventions de M. Marc Oddou et de M Philippe Liria .
Dans son intervention M. Marc Oddou, a montré que « Apprendre est toute une affaire : j’enseigne .Oui. mais comprennent –ils ? » et il a précisé la classe inversée n’est pas : des apprenant.e.s qui travaillent seul.e.s de façon non structurée et n’est pas remplacer l’enseignant.e par des capsules vidéos ».
Mme Cynthia Eid nous a fait découvrir les différents types de capsules, par des exercices adressés aux participants : capsule « découverte » déductive et capsule inductive mise « en bouche ». Ces capsules mènent à la construction des savoirs et la compréhension.
M. Philippe Liria a parlé « des classes inversées déconfinées, des outils des classes inversées, et nous a présenté un exemple de plan de pédagogie différenciée et de matrice de scénarisation didactique ». M. Liria a également présenté l’Université CLE de formation du 17 au 24 avril avec ses deux parcours au choix : l’évaluation et Francophonies et son offre d’abonnement de 6 mois à la revue Français dans le monde.
La présentation de Mme Annick Hatterer
sur « # la classe » fut très intéressante. Mme Hatterrer ainsi que tous les intervenants nous ont communiqué des liens très importants qui seront envoyés par courriel aux participants.
Mme Ilham Slim-Hoteit, Secrétaire Générale de l’ALEF a clôturé la formation en remerciant les intervenants pour leurs efforts et « les moments hors du temps » qu’ils nous ont fait vivre et dont on a énormément besoin au Liban. Elle a également remercié les participants, adhérents à l’ALEF enseignant.e.s et responsables de l’éducation de tous les cycles, universitaire, primaire et secondaire, dans les établissements publics et privés. Etaient présentes du Bureau Central de l’ALEF : Mesdames Sophie Nicolaïdès Salloum, la pŕésidente de l’ALEF, Ilham Slim-Hoteit, Maha Husseini, Joséphine AKEL, Randa Naboulsie, Ghiwa Ghanem, Faten Khaled Kobrosli, Lama Arnaout Tannir, Odette Yanni, Maha Sabra et M. Habib Zorkot.
Quelques retours
– « Je l’applique personnellement et surtout après avoir suivi avec Madame

Cynthia Eid-Fadel une formation autour du scenario pédagogique depuis une dizaine d’années… à travers cette stratégie l’enseignante pourra mieux travailler sur la pédagogie différenciée ce qui va améliorer le niveau des élèves ! …
– Cette approche est acteur de motivation et pont pour la co-construction des savoirs avec enthousiasme, elle permet exactement, de mieux répondre aux besoins de chaque apprenant » a dit Mme Paulette Ayoub.
Mme Maha Sabra « Le professeur universitaire pratique dans ce cas le coaching académique ».
Mme Ilham Slim-Hoteit: « J’ai toujours pratiqué, dans ma carrière universitaire, cette approche, bien sûr avant « le terme », depuis les années 1990 et avant l’instauration du système LMD en 2008 à l’Université Libanaise : ce système qui, à l’instar de la classe inversée, fait de l’étudiant un partenaire de l’opération de l’enseignement/apprentissage ».
En réponse à une participante, M. Philippe Liria a précisé « La classe inversée ne résout pas la question des apprenants qui ne font rien. Elle n’élimine pas le travail “hors-classe” mais suggère de faire des activités propres à l’espace-classe à les faire en asynchrone. Les capsules vidéos ne doivent pas être simplement des capsules. Elles doivent être accompagnées d’activités. Ces activités doivent être très simples. Et attention, il faut aussi instaurer le modèle petit à petit et qu’ils comprennent que le fait de faire ce travail en amont permettra de faire des choses plus motivantes en classe ».
D’autres retours rapides :
« Formation très riche et passionnante »
« formation dynamique et foisonnante »
« J’apprécie l’enthousiasme et l’engagement de Mme Cynthia Eid et des co-auteurs »,
« Mme Hatterer en présentant la méthode # Classe nous a fourni des liens très importants ».
La Secrétaire Générale de l’ALEF
Ilham Slim-Hoteit

Enseignement à distance et numérique : nouvelles stratégies pour réussir son enseignement hybride

Le 29 mars 2021 s’ est déroulée, sur Zoom, la formation » Enseignement à distance et numérique : nouvelles stratégies pour réussir son enseignement hybride » organisée par l’Association Libanaise des Enseignants de Français, ALEF en partenariat avec l’Institut Français du Liban (IFL) et la Fédération Internationale des Professeurs de Français, FIPF.
M. Adrien Payet , enseignant, comédien, metteur en scène, rédacteur de la revue « Le français dans le monde » et animateur de nombreuses formations sur les techniques d’enseignement à distance pour motiver et dynamiser les classes virtuelles, a animé cette formation.
Étaient présents Mme Sophie Nicolaïdès Salloum, Présidente de l’ALEF, les membres du Bureau Central Mmes Ilham Slim-hoteit, Maha Husseini, Lama Arnaout Tannir, Faten Khaled Kobrosli, Odette Yenni, Joséphine Akl et M. Habib Zorkot .
Un grand nombre d’enseignants et de spécialistes de l’éducation ont assisté également et ont participé avec beaucoup d’intérêt aux échanges.
Cette formation a bien répondu aux besoins de l’enseignement dans le contexte actuel de Covid-19 et du changement du mode d’enseignement vers la forme hybride. M. Payet a bien relevé un grand défi : comment l’enseignant peut-il garder sa motivation et celle des apprenants pour suivre leur apprentissage? Il a proposé aux enseignants plusieurs outils simples et gratuits pour évaluer les apprenants, travailler la production écrite, réaliser des projets et faciliter la pratique du français en dehors de la classe.
Les retours ont insisté sur l’importance et la richesse de cette formation:
 » c’est très riche et très important dans son aspect pratique »,
« C’était foisonnant et dynamique »,
« Comme d’habitude, M. Payet : c’était clair et fascinant ! »,
 » Merci à l’ALEF pour la bienveillance et l’excellente organisation ».
Prochaine formation: le 2 avril 2021 à 16 heures « Comment inverser ma classe en modalité hybride? » Animée par madame Cynthia Eid-Fadel, messieurs Marc Oddou et Philippe Liria (auteurs du livre « La classe inversée ») et madame Annick Hatterer ( Clé international).
La Secrétaire Générale de l’ALEF
Ilham Slim-Hoteit

Colloque international de l’Université Frères Mentouri Constantine 1: Pour une herméneutique de l’œuvre d’Alexandre Najjar

Pour une herméneutique de l’œuvre d’Alexandre Najjar: langue, littérature, art et dialogue interculturel

Colloque international 25 et 26 mai 2021

 Dans le cadre de ses activités scientifiques, le laboratoire Sciences du Langage Analyse du Discours et Didactique consacre ce colloque international à l’œuvre d’Alexandre Najjar. Invité d’honneur de cette manifestation scientifique, Alexandre Najjar inaugurera les travaux par une conférence qui témoignera aussi bien de sa pratique d’écriture, de toute la pensée humaniste de son œuvre ainsi que de ses rapports aux langues.

Romancier, essayiste, dramaturge et biographe Alexandre Najjar est une figure de proue de la culture au Liban. Avocat et écrivain francophone dont l’œuvre polymorphe, foisonnante, souvent militante, innovante presque toujours, est le reflet d’une intense activité intellectuelle exposant les grands débats qui agitent et traversent le siècle à travers une pensée ouverte à l’altérité, au dialogue interculturel et à l’universel.

« Comme la lecture, l’écriture est un voyage »1, elle est également un hymne à la paix et la fraternité, un acte de foi fervent dans les valeurs conjuguées de la liberté et le fondement d’une sagesse et un art de vivre collectif. C’est dans cette « poétique des valeurs » que semble s’inscrire toute l’œuvre d’Alexandre Najjar, une œuvre métaphorique des ambitions de son auteur, somme toute d’un humanisme « comme dernier rempart contre les pratiques inhumaines et les injustices qui défigurent l’histoire de l’humanité » tel que le conçoit Edouard Saïd.2

Alexandre Najjar nous conduit dans le Caucase de la seconde moitié du XIXème siècle, en Jordanie en quête de communautés oubliées, nous invite dans la Florence des Médicis pour nous raconter le récit d’une double rencontre entre Orient et Occident, nous emmène en Grèce pour narrer la Méditerranée, à Chicago et en Allemagne nazie pour un réquisitoire contre le racisme et le terrorisme intellectuel, en France pour un plaidoyer contre la censure… et au Liban pour raconter son « petit pays au grand destin ».

Protéiforme, son œuvre offre un large éventail de thématiques traitant, à l’instar d’une rhétorique accusatrice, de l’impérialisme, du colonialisme, de la dichotomie Orient/Occident, de la réalité des Levantins…méditant longuement sur la dictature et la justice, la mégalomanie et la modestie, la tolérance et la discrimination d’une Histoire mouvementée et d’un monde de plus en plus complexe à travers les portraits saisissants de saccageurs mais aussi des grands inspirateurs ayant défendu et illustré les courageuses vérités de l’esprit.

En considérant l’expression artistique comme une dimension constitutive de la mémoire et comme un moyen particulier d’appréhender le monde, le passé et le présent, cette journée d’étude réunira des contributions consacrées à la langue, à la littérature, à l’art et à la culture dans une conception herméneutique3 et une perspective transdisciplinaire.

L’intérêt de ce colloque international est de capter un corpus exemplaire d’une conception stable et durable dans l’expression artistique, d’exposer des problématiques fondamentales de l’existence et d’aborder la fonction esthétique du texte en prenant en compte le contexte historique et culturel. Ainsi formulé, cet argumentaire invite des chercheurs et des spécialistes à réfléchir sur le style qui s’impose comme un absolu, -la condition même de l’écriture. Ce sera là l’hypothèse avec, comme corollaire, une analyse du rapport à l’art, à l’écriture, au monde, à la formation de soi, à la culture et aux langues.

Cette rencontre scientifique invite les chercheurs à réfléchir et à débattre sur l’œuvre d’Alexandre Najjar en interrogeant sa pratique d’écriture, les thématiques qu’il aborde et sa pensée humaniste, ses rapports aux langues tant du point de vue de leurs pratiques que du point de vue de leur enseignement/apprentissage. Des témoignages sur l’auteur contribueront à enrichir les débats.

1 Alexandre Najjar, Kadicha (prologue). Paris : Plon, 2011.

2 « L’humanisme se nourrit de l’initiative individuelle et de l’intuition personnelle, et non d’idées reçues et de respect de l’autorité. Les textes doivent être lus comme des productions qui vivent dans l’histoire de manière concrète », Préface (2003) de L’Orientalisme. L’Orient crée par l’Occident. Paris : Seuil, Coll « La couleur des idées », 2006.

3 Dans son acception essentiellement moderne comme théorie des opérations de compréhension dans leur rapport avec l’interprétation des textes, selon la formule de Paul Ricœur dans La Métaphore vive. Paris : Seuil, 1975.

 

Comité Scientifique

Pr. Ahmed BOUALILI (Université Mouloud Mammeri, Tizi Ouzou)

Pre. Zeineb BEN GHEDAHEM (École Polytechnique de Tunis

Dr. Nabila BEDJAOUI (Université Mohamed Kheider. Biskra)

Pr. Samira BOUBAKOUR (Université Batna 2)

Dr. Meriem BOUGHACHICHE (Université Frères Mentouri. Constantine 1)

Pr. Nedjma CHERRAD (Université Frères Mentouri. Constantine 1)

Pr. Yasmina CHERRAD (Université Frères Mentouri. Constantine 1)

Pr. Yacine DERRADJI (Université Frères Mentouri.Constantine 1)

Pr. Laarem GUIDOUM (Université Frères Mentouri.Constantine 1)

Pr. Ilham HOTEIT, (Université Libanaise)

Pr. Fouad LAROUSSI (Université de Rouen Normandie).

Pr. Ali. KAZWINI-HOUSSEINI (Université Libanaise)

Pr. Sophie NICOLAIDES-SALLOUM, (Université Arabe de Beyrouth)

 

Comité d’organisation

Hanane AOUN, Meriem BOUGHACHICHE, Khaoula BENLAHLOUH, Mahdi BENDIAB, Antar BENSAKESLI, AISSANI Radouane, Lilia BOUMENDJEL, Cherifa CHENTLI, Nedjma CHERRAD, Imane CHOUAR, Cherif SOUTI, Louisa IKEN, Chafik ZAGHNOUF.

 

Les propositions de communication ou les témoignages envoyés ne doivent pas dépasser les 500 mots.

Les propositions de communication ou les témoignages doivent être envoyés à l’adresse mail suivante : colloque.alexandrenajjar2021@gmail.com

La date limite d’envoi est le 25 avril 2021

Les langues du colloque sont le français, l’arabe et l’anglais.

Les interventions et/ou les témoignages se feront en présentiel pour les participants des universités de Constantine et par webinaire pour les participants des universités extérieures.

Remise des prix du concours « De vive voix »: Francophonie et Bonheur

Francophonie et Bonheur…

Dans une ambiance festive où ont régné la joie et l’amour du français et des valeurs humaines véhiculées par cette belle langue, l ’Association Libanaise des Enseignants de Français « ALEF » a célébré hier Samedi 20 avril 2021 deux grands événements internationaux : la Journée Internationale de la Francophonie et la Journée Mondiale du Bonheur (UNESCO), par l’organisation de la cérémonie de remise des prix de son concours de « Vive voix ».

Ce concours initié par Mme Maha Sabra, membre du Bureau Central de l’ALEF, est organisé virtuellement sur Zoom, en partenariat avec l’Institut Français du Liban (IFL) et la Fédération Internationale des Professeurs de Français (FIPF).

Etaient présents la présidente de l’ALEF, les membres du Bureau Central de l’ALEF : Mesdames Ilham Slim-Hoteit, Maha Sabra, Lama Arnaout, Ghiwa Ghanem, Hasna Bouharfouche, Odette Yanni, Hend Rif et M. Habib Zorkot et un grand nombre d’enseignantes, de parents et de spécialistes de l’éducation.

Après le discours d’accueil de la Présidente Mme Sophie Nicolaïdès-Salloum et la diffusion des vidéos gagnantes par M. Habib Zorkot, les lauréats ont répondu aux questions posées par la Secrétaire Générale de l’ALEF, Mme Ilham Slim-Hoteit. Ils ont exprimé leur enthousiasme d’avoir participé à ce concours, encadrés par leurs enseignantes avec beaucoup d’amour et de dévouement.

L’évaluation du Jury a été communiquée par la Présidente de l’ALEF, dans un ordre arbitraire, comme suit :

1) Lycée du Martyr Mostafa Choumran :

Enseignante Mme Israa Attar. Coordinatrice Mme May Kenaan .

Une élève de EB7 Sara Mandalawi raconte une histoire « Le cadeau magique » aux élèves de la Petite Section 3, PS3 : Janine Nasrallah, Reina Assaf, Mohamad Dhayni, Nour Zahra Nasrallah.

La conteuse a une élocution agréable. Son récit seconde les images et les illustre par la voix.

 

2) Collège Sainte Anne de Besançon-Beyrouth :

Enseignante Mme Zeina Néhmé. Contact Mme Hend Rif.

La narratrice Michelle Féghali, EB7, raconte une histoire qu’elle a inventée « Madame Surprise », aux élèves du Cours Préparatoire CP, présentes au webinaire dont : Léa Baydoun, Elsa Berry et Noely Farès.

Le conte est personnel. La conteuse ménage des pauses, reprend le récit, maintient le suspense. Les petits sont attentifs, ils réagissent, impatients d’entendre la suite de l’histoire.

 

3) El Mayadine college:

Enseignante Mme Ramal, coordinatrice Mme Fatima Fneich.

Cinq conteurs de EB7 racontent une histoire : Oussama Hajj, Céline Khamis, Adam Chemayssani, Malika Jezzini, Zainab Néhmé.

C’est Original par la polyphonie, un récit à plusieurs voix. Passage discret d’un conteur à une actrice ou un acteur. Le conteur s’exprime avec aisance et sait attirer l’attention de son auditoire.

 

4) Lycée Mohamad Saad

 Enseignante Mme Nahed Kenaan, coordinatrice Mme May Kenaan

La conteuse Rowa Abdallah, EB7, s’adresse aux élèves de la petite section PS :

Dessin animé. L’héroïne est à la recherche du bonheur. Elocution correcte et agréable. La conteuse sait attirer l’attention de son auditoire.

 

Quelques retours de satisfaction :

« La veille de la fête des mères nous avons vécu des moments heureux en compagnie des enfants qui ont participé au concours « De vive voix ». Un beau cadeau offert à l’équipe de l’ALEF qui ne baisse pas les bras. Bonne fête des mères, ces héroïnes de l’ombre »

« Belle action, cette cérémonie de remise des prix : encore une fois, et malgré les moments si pénibles que nous vivons au Liban, nous avons la preuve que l’espoir peut renaître et peut faire des miracles. Soyons positifs »

« Une journée exceptionnelle, un moment hors du temps ! ».

SG de l’ALEF

Ilham Slim-Hoteit

Voir toutes les photos

Formation sur les plans B

Le 15 mars à 16 heures sur Zoom, s’est déroulée la Formation « Les Plans B » du cycle des formations organisées par l’Association Libanaise des Enseignants de Français « ALEF » en partenariat avec l’Institut français du Liban, l’IFL et la Fédération Internationale des Professeurs de Français, FIPF, dans le cadre de l’enseignement hybride et à distance.

L’animatrice Madame Hasna Bouharfouche, enseignante à l’Université Libanaise, UL, a organisé sa formation sur trois temps ; dans un premier temps, elle a abordé l’état des lieux de l’enseignement à distance au Liban en se basant sur un sondage effectué auprès d’un nombre d’enseignants qui dispensent des cours destinés à des élèves dans les cycles primaire et secondaire et des étudiants universitaires. Les résultats récoltés confirment l’impossibilité d’opter au Liban pour un simple plan A. Les différents obstacles affrontés par les professeurs (notamment l’incompatibilité technologie/équipements et les coupures fréquentes du courant électrique et d’Internet) les motivent à prévoir un ou des plans B à l’avance pour optimaliser les séances et les exploiter au maximum.

Dans un deuxième temps, elle a proposé un nombre d’exemples de problèmes affrontés (en rapport avec le cours/fond et forme) et des solutions inspirées du quotidien des enseignants ou conseillées pour éviter toute récidive. Dans un troisième temps, elle a suggéré à l’enseignant de ne pas endurer ce lourd fardeau tout seul. Sa santé, son énergie et le degré de sa motivation sont aussi indispensables que les cours dispensés.

Étaient présents, la Présidente de l’ALEF, Madame Sophie Nicolaïdès-Salloum et les membres du Bureau Central, M. Habib Zorkot, Mesdames Ilham Slim-Hoteit, Faten Khaled Kobrosli, Maha Husseini, Joséphine Akl, Odette Yanni, Ghiwa Ghanem et un grand nombre d’enseignants de tous les cycles et de spécialistes de l’éducation.

Quelques retours de satisfaction :

« Formation interactive, précise et claire »

« Formation interactive et enrichissante »,

« Pédagogie et humanisme sont à la base de toute réussite » « formation qui motive et redonne espoir » …

La SG de l’ALEF

Ilham Slim-Hoteit

Oser la coconstruction des savoirs collectifs

Webinaire : Oser la coconstruction des savoirs collectifs : Regards croisés Québec-Liban, les 25 et 26 février 2021 

L’AUF Amériques lance un cycle de webinaires qui mettra en valeur les réalisations des chercheur.e.s au sein de ses établissements membres.  

Le 1er webinaire organisé avec l’AUF Moyen-Orient portera sur le thème  » Oser la coconstruction des savoirs collectifs : Regards croisés Québec-Liban« .  

Il se décompose en 2 parties proposées les 25 et 26 février 2021.  

1ere partie : 25 février 2021 de 10h30 à 12h (HNE) ou 17h30 à 19h heure du Liban


Intervenant.e.s : 

  • Présidence et animation: Marie-Claude Lagacé, Présidente et Directrice générale, Humanov·is, L’innovation à l’échelle humaine 
  • Luc Dancause, Conseiller en gestion et partage des connaissances, Sapiens Conseils (Montréal) 
  • Édith Dumont, Vice-rectrice Partenariats, Collectivités et Relations internationales, Université de l’Ontario français (Toronto) 
  • Thérèse El Hachem, ex-Doyenne et professeure à l’Université Libanaise 
  • Vincent van Schendel, Directeur général direction de l’organisme de liaison et de transfert Territoires innovants en économie sociale et solidaire (TIESS) 

Lien d’inscription : cliquez-ici 

2ème partie : 26 février 2021 de 10h30 à 12h (HNE) ou 17h30 à 19h heure du Liban

Intervenant.e.s :

  • Présidence et animation: Mouïn Hamzé, Secrétaire général du CNRS Liban 
  • Dolla Karam Sarkis, Vice-Rectrice à la recherche de l’Université Saint-Joseph de Beyrouth, ancien membre du CS de l’AUF 
  • Ramza Jaber Saad, Secrétaire générale adjointe de la Commission nationale libanaise de L’UNESCO 
  • Louise Poissant, Directrice scientifique du Fonds de recherche du Québec – Société et culture (FRQSC) 
  • Conclusion : Jason Luckerhoff, Professeur titulaire communication et culture, Université du Québec à Trois-Rivières, fondateur de la revue Enjeux et Sociétés et président de la Coalition PUbli.ca 

Lien d’inscription : cliquez-ici 

Les webinaires sont ouverts à toutes et tous.  

Logo AUF

1er réseau universitaire au monde

Mirande KHALAF
Responsable de projet
Moyen Orient

Rue de Damas – B.P 11-81

Riad El-Solh – Beyrouth, Liban

Tél : 00 961 (1) 420 270

Facebook | Twitter | LinkedIn | YouTube
www.moyen-orient.auf.org

Logo AUF