Le Professeur de /en français à l’honneur

Dans une ambiance festive, en hommage aux participants assidus à ses activités et suite à la Journée Internationale du professeur de /en français(JIPF), l’Association Libanaise des Enseignants de Français(ALEF) a organisé le 15 décembre 2022 à l’Institut Français du Liban (IFL), la cérémonie de remise des trophées aux enseignants, des plaquettes aux établissements scolaires et des médailles aux élèves qui ont participé à la pièce de théâtre diffusée lors de la célébration de la JIPF.

Etaient présentes :

Mme Sylvie Lamy, Attachée de coopération linguistique et Educative pour le français à l’Ambassade de France,Rima mawloud, Coordinatrice de la Commission de la Recherche en Langue et Littérature françaises à l’Ecole des Lettres, sciences Humaines et Sociales -Université Libanaise, la Secrétaire Générale de l’ALEF Mme Ilham Slim-Hoteit et les membres du Bureau Central de l’ALEF Mmes Maha Husseini, Joséphine Akl, Lama Arnaout Tannir, Natacha Mneimnet, Nada Sleiman-Mahdi, Faten Kobrosli, Ghiwa Ghanem ,Odette Yanni et M. Habib Zorkot . Mme Marina Bougi, Directrice du cycle primaire au Collège Notre Dame de Balamand, Mme Nadine Chabbab –Haddad, Directrice de l’Ecole Officielle Rmaylé, Mme Roula Abou Nader, représentante du Collège des Saints Coeurs – Sioufi, Mmes Sahar Sadek, préfète des études et Leila Sayed-Hussein,Coordinatrice de français

à Al Massar International College, Mme Nada Sleiman, représentante du Collège Protestant Français, les élèves et les étudiants de plusieurs établissements scolaires et les amis de l’ALEF.

La Cérémonie a débuté par le discours d’accueil de la Secrétaire Générale de l’ALEF Mme Ilham Slim-Hoteit. A suivi le discours de la « Aujourd’hui est un jour à marquer d’une pierre blanche. Après trois ans de confinement, nous nous rencontrons en présentiel, dans cette même salle où nous avons célébré la première Journée internationale du professeur de français, en novembre 2019.

Aujourd’hui, nous célébrons les professeurs de français, membres et amis de l’ALEF, qui ont continué leur tâche malgré les tempêtes que traverse le Liban. Nous rendons hommage à leur conscience professionnelle, à leur engagement en faveur de l’enseignement du français, langue que nous avons en partage.

Au nom de l’ALEF, je remercie les établissements, en particulier Notre Dame de Balamand, le Collège protestant français, Al Massar International College, l’Ecole officielle Rmaylé, le Collège des Sœurs des Saints-Cœurs Sioufi qui ont encouragé leurs élèves à participer à nos concours et les professeurs qui ont suivi les formations et encadré les travaux de leurs élèves.

Je remercie également mes collègues, qui contribué à la conception de nos projets et ont œuvré pour la réussite de nos activités, Mme Nada Sleiman, Mme Odette Yanni, Mme Leila Sayed, Mme Rima Mawloud, Mme Faten Kobrosly, Mme Maha Husseini et Mme Joséphine Akl.

Merci aux élèves d’AL Massar International college : Léa Sabeh, Reine Houssein, Rouba Habach, Zahra Hamoud, Rim Faour, Nour Chaban, Lara Dhayni pour leur participation à la pièce de théâtre.

J’adresse un merci particulier à M. Habib Zorkot, notre webmestre à qui nous devons la large diffusion de nos activités sur les sites Web et à Mme Ilham-Slim Hoteit, notre Secrétaire Générale qui se dévoue sans compter aux nombreuses tâches que requiert le Secrétariat général et plus encore.

Je remercie la Fédération internationale des professeurs de français pour le soutien moral et financier qui a contribué à la réalisation de la JIP 2022 et de cette cérémonie.

J’adresse mes remerciements à l’Ambassade de France, en la personne de Mme Cécile Saint-Martin et Mme Sylvie Lamy pour l’intérêt porté à nos actions et le soutien moral et financier qui contribue à leur réalisation ».

Mme Sylvie Lamy, Attachée de coopération linguistique et éducative pour le français à l’Ambassade de France, a pris la parole en disant : « Nous sommes heureux d’accueillir l’ALEF à l’Institut Français, dans cette salle qui est un peu la vôtre, après ces années d’échanges en ligne !

Au nom de la Directrice de l’IFL et de toute la coopération linguistique et éducative, je salue le formidable travail accompli par l’ALEF, depuis sa création : votre association est pour l’Institut un partenaire précieux, qui œuvre sans relâche pour le développement d’un enseignement francophone de qualité et la place du français dans les écoles et à l’université.

Je souhaiterais pour ma part dire combien j’apprécie l’ouverture de l’ALEF et de ses intervenants, dont les actions s’adressent à toutes les écoles du Liban, homologuées, labellisées ou non.

Ces actions portent à la fois sur la formation des professeurs et la réalisation de projets avec leurs élèves : activités créatrices autour de la langue comme la poésie, le rap, le théâtre, la bande dessinée, la conception de vidéos … Il y a des talents chez les élèves (et leurs professeurs !) qui se révèlent grâce à ces projets et je suis heureuse de rencontrer aujourd’hui « pour de vrai » certains de ceux qui ont réalisé de si belles performances au cours de l’année 2022.

Merci à toutes et tous pour votre mobilisation et excellentes fêtes de fin d’année !

Au plaisir de poursuivre notre coopération avec de nouveaux projets en 2023 ! ».

Enfin, la Secrétaire Générale de l’ALEF et Mme Sylvie Lamy ont remis les prix.

Les enseignants et les apprenants ont témoigné de leur amour pour la langue française, leur engagement en faveur des valeurs françaises et francophones et leur bonheur d’être récompensés pour les actions qu’ils ont réalisées avec plaisir.

Quelques témoignages :

« Quelle joie de nous retrouver chers amis dans cette belle salle de conférence de l’IFL où nous nous réunissons toujours dans l’action et pour l’action ! Aujourd’hui cette cérémonie qui se déroule en présentiel rappelle un super événement le Jour de Professeur de /en Français, JIPF créateur de l’avenir qui agit toujours avec du sens. Si Jean Paul Sartre parlant des écrivains dit : « Tout écrit possède un sens…chaque parole des retentissements » Je vous dis : « Toute action réalisée par notre association se construit avec du sens et avec vous, professeurs, votre dévouement, vous les jeunes, nous vivons la floraison des idées avec votre imagination et la réflexion sur des sens… » (Dr. Faten Khaled Kobrosli ).

« L’ALEF s’est engagée depuis sa fondation à mettre les compétencs professionnelles et les relations personnelles de ses membres au service de la communauté enseignante. Son action aide sûrement à partager avec les experts leurs expériences et les diffuser auprès des enseignants de toutes les régions libanaises. Merci à l’ALEF, à la FIPF et à l’IFL pour leur don bénévole et leurs sacrifices. Merci aux établissements et aux apprenants pour leur participation active qui nous a touchés et nous a donné espoir en un avenir meilleur »

(Mme Joséphine Akl).

« Je suis tellement honorée d’être ici aujourd’hui et tellement reconnaissante d’avoir reçu ce trophée. Je tiens tout d’abord à remercier la FIPF, l’IFL pour leur soutien qui a rendu possible la réalisation de nos projets. Mes remerciements s’adressent aux Directeurs des établissements et aux enseignants qui ont encouragé les élèves et les étudiants à participer à nos actions. Félicitations aux élèves et étudiants, vous avez fait preuve de talents et de créativité ! Continuez. Vous êtes les acteurs de l’avenir au Liban ». (Mme Maha Husseini)

La Secrétaire Générale de l’ALEF

Ilham Slim-hoteit

 

Pour voir toutes les photos: https://drive.google.com/drive/folders/1VD4MWIB8XVymBvHB2XmSvN-7pcWmPP9w?usp=share_link

 

Journée Internationale des Professeurs de/en Français, JIPF – 2022

L’Association Libanaise des Enseignants de Français (ALEF)

a le plaisir de vous inviter à la 4ème édition de la Journée Internationale des Professeurs de/en Français, JIPF

« Le professeur de français créateur d’avenir »

Date :  24 novembre 2022 à 16h00 (Liban)

Lieu : Webinaire sur Zoom

Coordonnées : Pour participer à la réunion Zoom

https://us06web.zoom.us/j/89134803517?pwd=cjhTRDBlNmhuMS9RZkkzSlBEQzdaQT09

ID de réunion : 891 3480 3517

Code secret : 123123

  Programme

16h00 – 16h30 :

Ouverture

– Allocution d’accueil de Mme Sophie Nicolaïdès-Salloum, Présidente de l’ALEF.

– Allocution de M. Jean Noël Baléo, Directeur Régional Moyen-Orient, AUF.

– Allocution de Mme Cynthia Eid, Présidente de la Fédération Internationale des Professeurs de Français, FIPF.

– Allocution de Mme Sabine Sciortino, Conseillère Culturelle à l’Ambassade de France.

– Allocution de Monsieur Imad El Achkar, Directeur Général du Ministère de l’Education et de l’Enseignement Supérieur.

16h30 – 17h30 :

Témoignages de professeurs de français « créateurs d’avenir », membres de l’ALEF.

Modératrice : Mme Ilham Slim-Hoteit

–           Mme Hasna Bou Harfoush, Enseignante à l’Université Libanaise, membre de l’ALEF. « Nourrir l’optimisme pour susciter la création ».

–           Mme Rima Mawloud, Professeure à l’Université Libanaise, membre de l’ALEF. « Le professeur du XXIe siècle : vecteur de transformation sociale ».

–           Mme Faten Kobrosly, Professeure à l’Université Libanaise, membre du Bureau Central de l’ALEF. « Professeurs de français du futur : oser instiguer le changement et innover ».

–           Mme Maha Husseini, Enseignante à l’Université Libanaise, membre du Bureau Central de l’ALEF. « Professeurs de français innovants, créateurs d’avenir : projets éducatifs de l’ALEF à l’heure du numérique ».

–           Mme Nicole Saliba-Chalhoub, Professeure à l’Université Saint-Esprit de Kaslik – USEK, membre de l’ALEF. « L’enseignement du français : un carrefour de valeurs pour la construction de l’avenir ».

17h30 – 18h00 : Le professeur de français « créateur d’avenir » en action.

–           Mme Leila Sayed-Hussein, Enseignante de français et coordinatrice à Al Massar International College (Beyrouth) « De la motivation à la création ».

–           M. Habib Zorkot, Présentation d’une pièce de théâtre virtuelle « Grandeur d’âme » conçue et réalisée, sous la direction de Mme Leila Sayed-Hussein, par les élèves d’Al Massar International College.

 

18h-18h15 : Clôture

Mme Sophie Nicolaïdès-Salloum : Remise des trophées aux professeurs, membres de l’ALEF et des médailles aux élèves d’Al Massar International College.

 Maîtresse de cérémonie : Mme Ilham Slim-Hoteit, Secrétaire Générale de l’ALEF.

Dîner des Lettres: « Le Liban au prisme de la littérature »

Dîner des Lettres

« Le Liban au prisme de la littérature »

L’ALEF était présente:

L’écrivain Maître Alexandre Najjar a invité l’Association Libanaise des Enseignants de Français (ALEF) au « dîner des Lettres » ( conférence et dîner), organisé, en son honneur, par M. Maïk Nacouzi et M. Nadim Chouiri en partenariat avec l’Institut Français du Liban (IFL), à l’Espace des Lettres le 16 juin à 19h30.

Déléguées par la Présidente Mme Sophie Nicolaïdès-Salloum,

Mmes Ilham Slim-Hoteit, Maha Husseini et Nada Sleiman-Mehdi ont assisté à cet événement.

Ce fut une soirée très agréable. L’entretien avec l’écrivain était très intéressant et enrichissant : il a porté sur des sujets d’actualité : l’identité libanaise, l’importance de la lecture, la mission de l’écrivain …

Le débat s’est terminé sur une note optimiste : le Liban renaîtra sûrement mais il faut que les jeunes ne partent pas. « Le Liban est malade » dit M. Alexandre Najjar, il faut l’aider à se rétablir.

Merci M. Najjar pour ces moments inoubliables.

Ilham Slim-Hoteit

Secrétaire Générale de l’ALEF

Rencontre avec l’écrivain français Laurent Gaudé

Rencontre passionnante et enrichissante Avec M. Laurent Gaudé

La rencontre a eu lieu le 14 juin à 15H30 sur Zoom : elle a réuni, en présence de l’écrivain M. Gaudé, les étudiants et les enseignants chercheurs de toutes les Facultés des Lettres des Universités libanaises. L’Université Libanaise, l’Université Saint-Joseph et l’Université Islamique étaient au rendez-vous.

Étaient présentes Madame Sophie Nicolaïdès-Salloum, Présidente de l’ALEF, les membres du Bureau Central de l’ALEF Mmes Ilham Slim-Hoteit, Maha Husseini, Ghiwa Ghanem, Joséphine Akl, Lama Arnaout-Tannir, Natacha Mneimneh et M. Habib Zorkot.

Tout d’abord le discours d’accueil de la Présidente de l’ALEF :

« Notre association organise depuis quelques années des rencontres avec des écrivains français et francophones. Après Alexandre Najjar et Philippe Claudel, nous accueillons aujourd’hui Monsieur Laurent Gaudé, un écrivain connu et reconnu sur le plan international.

Notre monde est confronté actuellement à de graves problèmes : catastrophes naturelles ou causées par l’homme, pandémie(s), intensification des conflits armés, entre autres, ébranlent les assises de notre planète.

Devant cette situation, certains écrivains se sentent investis d’une mission sociale et, par le pouvoir du verbe, nous mettent en garde devant les dangers qui nous menacent.

Au nom de l’ALEF, je remercie pour leur participation les étudiantes et les étudiants et les professeurs qui les ont dirigés, en particulier Mme Rima Mawloud qui a participé à l’organisation de cette activité.

Je remercie également notre webmestre, M. Habib Zorkot, chargé de la logistique numérique et Mme Ilham Slim-Hoteit, notre secrétaire générale qui a entrepris les démarches, a entretenu une longue correspondance avec l’assistante de M. Gaudé et s’est ensuite investie, avec son efficacité coutumière, à l’organisation de la rencontre.

Mes remerciements s’adressent à M. Gaudé pour avoir accepté de répondre aux questions des jeunes libanaises et libanais qui, en ces temps troublés, voient dans la culture une lueur d’espoir vers un avenir meilleur.

J’adresse, enfin, mes remerciements à l’Ambassade de France dont le soutien moral et financier contribue à la réalisation de nos projets ».

A suivi le discours de Pr. Rima Mawloud, Coordinatrice du Comité de la recherche en Langue et Littérature Françaises à l’École Doctorale des Lettres, Sciences Humaines et Sociales : «Ma joie est immense aujourd’hui de rencontrer mon écrivain préféré, Laurent Gaudé, même virtuellement pour échanger avec lui sur son travail d’écrivain, sa façon singulière d’aborder les sujets de l’actualité problématique, son rapport particulier au théâtre et sa transposition originale de la réalité via la fiction.

D’ailleurs, la plupart de vos romans M. Gaudé constituent le corpus d’étude de nos cours et nos étudiants sont fascinés par cette plume attachante et singulière.

Vous lire, c’est entamer un voyage hors normes aux frontières du temps et de l’espace.

J ’avoue que le livre qui nous a profondément touchée c’est « Écoutez nos défaites » puisqu’ il traite une histoire dont les évènements se passent au Liban.

Nous attendons impatiemment vos réponses à nos interrogations et je cède la parole aux étudiants pour qu’ils vous posent leurs questions ».

Admirablement dirigée par Mme Sophie Nicolaïdès-Salloum, la séance du débat fut le moment fort de la rencontre. Les étudiants-chercheurs ont fait preuve d’un très haut niveau académique, ciblant par leurs questions profondes et pertinentes les différents aspects d’une œuvre foisonnante et riche. Ils ont mérité l’admiration et l’attention de l’auteur qui les a complimentés sur la qualité de leur travail.

Pour la synthèse, Pr. Mawloud a fait un bilan des questions posées par les étudiants et des réponses de l’écrivain. Elle a précisé : « Pour Laurent Gaudé, on ne peut pas opposer roman et Histoire, « mon but n’est pas de trouver la vérité historique, mais la vérité humaine » dit-il. Ses personnages traversent souvent la solitude dont ils sont entourés. Le temps du roman pour Gaudé est presque toujours le moment d’une quête initiatique, les personnages sont beaucoup plus eux-mêmes à la fin du roman plutôt qu’au début. Ils évoluent ils sont aussi un peu fautifs et cette torsion les rapproche du lecteur car le roman n’est pas un endroit du jugement. Gaudé croit à la force des mots et à la puissance du verbe. Bref, c’était une rencontre passionnante très réussie ».

Le mot de la fin est prononcé par Mme Ilham Slim-Hoteit : « Rencontre enrichissante sur des sujets brûlant d’actualité. Les échanges entre l’écrivain et les étudiantes (sur le genre, la vision du monde, la quête identitaire ou l’immigration…) portent en germe des réflexions à propos de l’avenir : la mission de l’écrivain, les actions que chacun de nous, dans la mesure de ses moyens, pourrait entreprendre pour amener des changements positifs qui pourraient améliorer la vie sur notre planète.

Pour terminer, permettez-moi de rappeler les activités que l’ALEF a programmées pour 2022 nous avons déjà fait des formations, des concours et des conférences. Restent dans notre programme d’autres actions que nous reprenons à partir de septembre : une formation sur l’écriture créative de la bande dessinée en classe de Français et deux concours un concours sur la BD et un autre sur le théâtre, en novembre et décembre ».

Témoignage

« La rencontre avec M. Laurent Gaudé était très réussie. Je remercie l’ALEF pour l’organisation de cet événement et pour nous avoir donné l’opportunité de dialoguer avec un écrivain très connu et dont les œuvres parlent au cœur et à l’intelligence. Nous avons fait la connaissance d’un écrivain passionné par la communication avec le lecteur… Dans ses œuvres (romans, pièces de théâtre, recueils de poèmes) il relate des sujets divers relevant de la réalité historique, des mythes, de problèmes sociaux ainsi que de sa pure imagination…sa singularité apparaît au niveau de l’écriture et de son approche humanitaire des personnages, des thèmes, du temps et de l’espace … Son originalité réside dans ce double statut d’auteur classique (au niveau de l’écriture et de certains thèmes) et d’un homme contemporain qui vit intensément les actualités poignantes de notre monde. Je remercie M. Gaudé d’avoir explicité deux positions opposées de ses personnages : dans le roman « le soleil des scorta », ils ont un attachement à la terre, alors que dans « Eldorado », ils choisissent de quitter volontairement le pays.

Gaudé a précisé que les deux romans peuvent dialoguer, et il s’agit d’interrogations sur la question de l’appartenance et de l’émigration

Les interventions de M. Gaudé suite aux questionnements des Étudiants- chercheurs de trois universités au Liban, témoignent de la profondeur de sa philosophie existentielle, ce qui me pousse à lire plus d’ouvrages de sa production littéraire.

Toutes mes Félicitations M. Laurent Gaudé! Cette rencontre est inoubliable! (Mme Maha Husseini-Mazraani).

Ilham Slim-Hoteit

SG de l’ALEF

« Neuropédagogie : Qui es-tu ? A qui et à quoi sers-tu ? »

« Neuropédagogie : Qui es-tu ? A qui et à quoi sers-tu ? »

L’ALEF a clôturé le mois de la Francophonie

Organisée sous le Haut Patronage du Ministère de la Culture, en partenariat avec l’Ambassade de France, la conférence de Mme Cynthia Eid, Doyenne de l‘École des formateurs, Directrice de la Pédagogie et de l’Innovation, Groupe IGS France, Présidente de la Fédération internationale des professeurs de français (FIPF), a eu lieu le 28 mars à 17h30.

Étaient présents :

Fawaz Kabbara, Conseiller du Ministre de la culture, Révérende Sœur Emmanuel EL Hage, Doyenne de la Faculté de Pédagogie à l’Université de la Sainte Famille Batroun, Mme Sophie Nicolaïdès-Salloum, Présidente de l’Association Libanaise des Enseignants de Français (ALEF), les membres du Bureau Central Mme Ilham Slim-Hoteit, Maha Husseini, Joséphine AKL, Faten Kobrosli, Ghiwa Ghanem, M. Habib Zorkot et un grand nombre d’enseignants, de coordinateurs et de responsables .

La séance a débuté par  le discours d’accueil de Mme la Présidente de l’ALEF, suivi de la présentation de Mme Cynthia Eid : « Dr Fawaz Kabarra, Conseiller pour la francophonie de Son Excellence Monsieur le Juge Mohamad Wissam Mortada, Ministre de la Culture. Révérendes Sœurs, Révérends Pères, en vos titres et qualités, Mme Cynthia Eid, Présidente de la Fédération Internationale des Professeurs de Français (FIPF). Mesdames, Messieurs en vos titres et qualités. Chers Collègues, Chers étudiants, Chères étudiantes.

Au nom de l’ALEF, je vous souhaite la bienvenue.

Aujourd’hui, notre Association clôt les activités dans le cadre du mois de la Francophonie par une conférence de Mme Cynthia Eid intitulée « Neuropédagogie : Qui es-tu ? À qui et à quoi sers-tu ? »

La neuropédagogie est une science émergente qui contribue à l’enseignement/apprentissage du français et des autres langues. Elle constitue une rencontre entre la pédagogie et les sciences cognitives : neurosciences, psychologie, philosophie.

Au nom de l’ALEF, je remercie les personnes présentes d’avoir répondu à notre invitation.
Je remercie également les membres du Bureau central de notre Association pour leur engagement, leur dévouement à l’ALEF et leur participation active à la conception des projets et à l’organisation de nos activités, en particulier M. Habib Zorkot, notre webmestre qui excelle dans le numérique et Mme Ilham Slim-Hoteit, notre Secrétaire Générale qui excelle dans l’organisation de nos activités.

J’adresse mes remerciements à l’Ambassade de France pour le soutien moral et financier qui contribue à la réalisation de nos projets et à Mme Sylvie Lamy, Attachée de Coopération pour le français, pour la large diffusion de nos activités.

Enfin, j’exprime mes remerciements et ma reconnaissance à Son Excellence, Monsieur le Juge Mohamad Wissam Mortada, Ministre de la culture, d’avoir accordé à cette conférence le Haut patronage de son Ministère.

Présentation de Mme Cynthia Eid

Cynthia Eid est passionnée par l’enseignement.

Elle est détentrice d’un doctorat en Sciences de l’Éducation et de la Communication, option ingénierie de l’enseignement/apprentissage des langues étrangères, obtenu à l’Université de Lille.

Elle est également détentrice d’un doctorat en Droit International obtenu à l’Université René Descartes, Paris V.

En tant que professeur de didactique et de français langue étrangère et langue seconde, elle a exercé au Canada francophone et anglophone, aux États-Unis et au Liban.

Elle a aussi occupé des postes administratifs : Directrice de l’École Française de Middlebury aux États-Unis, Conseillère pédagogique au Vice-Rectorat adjoint aux études, service de soutien à l’enseignement à l’Université de Montréal (Canada), Vice-Présidente aux Relations internationales au Liban. Actuellement, elle est Directrice de la pédagogie et de l’innovation du groupe IGS (Paris, Lyon, Toulouse).

Son engagement en faveur de l’enseignement du français a été reconnu par la France qui lui a conféré le titre de Chevalier dans l’ordre des Palmes académiques.

En 2016, au cours du congrès mondial organisé par la FIPF à Liège (Belgique), elle a été élue Vice-Présidente de la FIPF et en 2021, au cours du congrès mondial de Nabeul (Tunisie), elle a été élue Présidente de la FIPF.

C’est à ce titre que nous l’accueillons aujourd’hui pour cette conférence organisée par l’ALEF en partenariat avec la FIPF et l’Ambassade de France.

Elle a écrit plusieurs articles et ouvrages en pédagogie et en relations internationales.

L’année dernière, à l’invitation de notre association, elle a animé avec M. Marc Odou et Philippe Liria une formation sur la classe inversée.

Je conclus en précisant que Mme Cynthia Eid est une amie fidèle de l’ALEF. Elle nous encourage à aller toujours de l’avant et à œuvrer pour la promotion du français et de la francophonie au Liban au mieux de nos capacités ».

Mme Cynthia Eid a pris la parole pour une très riche conférence interactive.

Neuropégagogie Qui es-tu ? La tentative de définition présente la neuropédagogie comme une approche globale holistique, non cloisonnée de l’apprenant impliquant les trois C :

Le « C » du cerveau, la tête (apprentissage cognitif) qui répond à la question « quoi ? ».

Le « C » du cœur (apprentissage socio affectif et émotionnel) qui répond à la question « pourquoi ? ».

Le « C « du corps (apprentissage psychomoteur-kinesthésique) qui répond à la question « comment ? ».

Quels sont les gestes mentaux fondamentaux dans l’acte d’apprendre avec la tête, le cœur et le corps ?

Le défi est de savoir comment préserver ces trois « C » dans l’enseignement /apprentissage.

La neuropédagogie est une science qui aborde le cerveau en tant qu’outil (parmi d’autres) du traitement de l’information.

« Le plaisir du texte » avec les Éditions Hatem

« Le plaisir du texte » avec les Éditions Hatem
Redonner ses lettres de noblesse à la lecture.
Nous connaissons très bien d’après les témoignages des grands écrivains, des penseurs, et des philosophes l’importance de la lecture dans la création de leurs œuvres : c’est Jean-Paul Sartre qui divise l’autobiographie de son enfance, les Mots, en deux grandes parties Lire et Écrire. C’est Roland Barthes dans, son Plaisir du texte et sa théorie de l’intertextualité « Tout texte est un intertexte, d’autres textes sont plus ou moins présents en lui, à des niveaux variables, sous des formes plus ou moins reconnaissables… ». C’est plus récemment l’écrivain Philippe Claudel qui a confirmé, lors d’un webinaire organisé par l’ALEF, l’importance de la lecture que les parents font à leurs enfants dès leur plus jeune âge « Quand on est en âge où l’on ne peut pas lire soi-même un livre, lorsque la voix de l’adulte vous fait découvrir une histoire, lorsque vous ne pouvez regarder que les images et les lettres sur un livre, eh bien! Cette voix prend une importance très grande. Et en plus de vous faire découvrir une histoire, de travailler votre imagination, vous avez ce lien, tout à fait particulier, un lien qui est encore plus fort parce que la lecture vient le coudre, le resserrer … »
Comment ne pas penser redonner ses lettres de noblesse à la lecture, surtout après le confinement et l’enseignement à distance ou l’enseignement hybride qui ont poussé certains établissements à marginaliser la lecture en faveur d’autres matières qu’ils considèrent plus importantes ?
Le webinaire organisé par l’ALEF, sous le haut Patronage du Ministère de la Culture dans le cadre des activités pour le mois de la Francophonie, en partenariat avec l’Ambassade de France et les Éditions Hatem, s’est déroulé hier le 24 mars à 16H 30.
Étaient présents : M. Bernard Hatem, Directeur de la Maison d’édition Hatem, Mme Zeina Mangin-Salibi, la Présidente de l’ALEF Mme Sophie Nicolaïdès-Salloum et les membres du Bureau Central, Mmes Ilham Slim-Hoteit, Lama Arnaout-Tannir, Faten Kobrosli, Ghiwa Ghanem, Joséphine AKL, Maha Husseini, Nada Sleiman-Mehdi ,Natacha Mneimneh et M. Habib Zorkot, et un grand nombre d’enseignants et de coordinateurs de Français et des Directeurs d’écoles. Comme notre webinaire était ouvert à l’international, nous avons remarqué la présence de M. Hussein Mehio du Kongo et M. Djilali Hassane Daoudji de l’Algérie.
La conférence a débuté par le discours d’accueil de Mme Sophie Nicolaïdès-Salloum :
« M. Bernard Hatem est le fils de deux êtres exceptionnels.
Son père, Majid Hatem, était un père aimant, toujours présent, un érudit en langue et littérature arabes, un professeur reconnu et respecté. Sa mère, Thérèse Douaihy-Hatem, collègue à l’Université Libanaise et amie très chère, a voué sa vie à sa famille, à l’enseignement de la langue et de la littérature françaises et à la promotion de la francophonie. Ensemble, ils ont fondé les Éditions Hatem qui publie, depuis sa création, des livres de lecture pour la jeunesse en arabe et en français.
Bernard a ainsi grandi dans une famille qui joignait deux langues et deux cultures. Il maîtrise aussi parfaitement l’anglais. Après avoir obtenu un master en affaires internationales et un master en marketing à l’université LAU, il rejoint sa mère qui l’initie aux rouages de l’édition. Il continue aujourd’hui l’œuvre de ses parents et son objectif principal est de raviver « le plaisir du texte » – une expression de Roland Barthes – chez les jeunes.
Deux ans de confinement et de cours en ligne ont émoussé le désir de lire pour le plaisir, tout simplement. Il est nécessaire de les aider à retrouver ce plaisir.
Nous savons que tout écrivain a d’abord été un lecteur assidu. Grâce aux concours organisés par l’ALEF, nous avons découvert des « écrivains en herbe » et nous avons publié les productions des lauréats dans un livre intitulé Florilège. De son côté, M. Bernard Hatem a publié le conte La fée des cèdres écrit par Aya Hoteit, élève du Collège Protestant Français, premier prix du concours « Raconte-moi une histoire ». Il nous a offert gracieusement un nombre important d’exemplaires et nous l’en remercions chaleureusement.
Le jour de la signature des livres francophones par leurs auteurs, le 7 mars 2022, le visage des jeunes lauréats était illuminé de joie et de fierté. Cette activité dans le cadre du mois de la Francophonie était organisée par le Ministère de la Culture à l’initiative de Son Excellence Monsieur le juge Mohamad Wissam Mortada, Ministre de la Culture que nous remercions vivement pour l’intérêt qu’il porte à la jeunesse.
Les Éditions Hatem ont ainsi participé à cette manifestation culturelle et au succès remporté par de jeunes « écrivains en herbe ».
M. Bernard Hatem a ensuite pris la parole « Merci Dr Salloum pour cette introduction chargée d’émotions, vous qui êtes toujours fidèle a la mémoire de votre amie Mme Hatem, fondatrice de notre maison d’édition.
Je tiens aussi à remercier le ministère de la culture pour le patronage de ce webinaire, l’alef pour l’organisation en partenariat avec l’ambassade de France au Liban et tous les participants avec nous dans cette soirée où on va discuter de la littérature de jeunesse et son importance dans l’acquisition de la langue chez les jeunes.
J’aimerais commencer par une citation de Mme Hatem qui dit:
“Chaque nouvelle lecture vous aide à créer, à partager et à réinventer votre imaginaire et le monde autour de vous!”
Aujourd’hui, notre Liban passe par une crise économique et politique qui a touché le sain de notre système éducatif et c’est pour cela que notre rôle comme instituteur, institutrices et éditeurs devient de plus en plus important et vital dans nos communautés et dans notre société.
Et qu’est ce qui est mieux que la lecture pour réformer et reformer nos jeunes générations pour qu’elles puissent réinventer notre pays et le monde autour de nous. En effet, c’est le seul moyen que nous avons entre nos mains, maintenant plus que jamais, qui va nous aider à franchir les obstacles et difficultés que nous sommes en train de rencontrer d’une façon régulière.
De la, l’importance de la lecture et quant on dit lecture, c’est la littérature de Jeunesse qui est le créneau principal des Éditions Hatem ou l’on croit fermement que cette littérature de Jeunesse joue un rôle principal dans l’acquisition de la langue et dans l’enrichissement du lexique linguistique chez les Jeunes. Et c’est pour cela qu’elle est maintenant omniprésente dans les écoles et joue, comme on l’a déjà dit, un rôle très important dans le développement de l’enfant car elle lui permet à la fois de rêver, de se questionner, d’échanger…
La littérature de jeunesse ne cible pas uniquement les jeunes lecteurs mais aussi les adultes vu la richesse des œuvres, la connectivité et la communication qu’elle présente entre les sociétés de différents pays.
Pourquoi la littérature de jeunesse? Pour mille et une raison et peut être plus, mais je vais essayer de les résumer à travers les raisons suivantes:
1. Les livres peuvent nous divertir et nous stimuler. Ils peuvent nous faire rire et pleurer. Ils peuvent nous réconforter et nous montrer de nouvelles possibilités.
2. Les livres nous aident à développer le langage et le vocabulaire. Ils nous apprennent à nous exprimer et à comprendre ce que d’autres disent et écrivent.
3. Les livres stimulent notre imagination et nous entraînent à construire des images intérieures.
4. Les livres peuvent nous éveiller à de nouveaux centres d’intérêt et à de nouveaux sujets de réflexion.
5. Les livres développent notre pensée. Ils nous apportent de nouveaux concepts et de nouvelles idées tout en élargissant notre conscience et notre monde.
6. Les livres nous apportent des connaissances sur d’autres pays et d’autres modes de vie, la nature, la technologie, l’histoire et tout ce qui nous interroge.
7. Les livres développent notre capacité d’empathie. Ils nous donnent l’occasion de nous mettre à la place des autres et de comprendre ce qu’ils ressentent.
8. Les livres nous font réfléchir sur ce qui est bien ou mal, bon ou mauvais.
9. Les livres peuvent donner des explications aux choses et aider à comprendre comment elles fonctionnent.
10. Les livres peuvent montrer qu’il n’y a pas toujours une seule réponse à une question, mais que la plupart des choses peuvent être considérées de différents points de vue.
11. Les livres nous aident à nous comprendre nous-mêmes. Ils renforcent la confiance en soi : nous réalisons que d’autres pensent et sentent comme nous.
12. Les livres nous aident aussi à comprendre que nous sommes tous
différents. Lire des livres écrits par des auteurs d’autres époques et d’autres cultures, découvrir que leurs pensées et leurs sentiments ressemblent aux nôtres, contribue au respect des autres cultures et à combattre les préjugés.
13. Les livres peuvent être une compagnie quand nous sommes seuls. Ils sont faciles à emporter avec soi et peuvent être lus partout.
14. Les livres nous transmettent une partie de notre héritage culturel. Ils nous offrent des expériences partagées de lecture et un socle de référence commun.
15. Un bon livre pour enfants peut être lu à voix haute de sorte que tous les âges en profitent ; il peut être un lien entre les générations.
16. Le livre pour enfants est notre premier contact avec la littérature, un univers inépuisable pour toute la vie. Un premier contact heureux avec le livre est donc vital, en apportant la révélation de ce qu’un bon livre à offrir.
J’ajouterai une dernière raison que j’ai déjà mentionné au début : la lecture est essentielle pour le développement personnel, mais aussi pour le développement de l’entourage des enfants, de leur communauté et de leur pays, alors la lecture joue et jouera un rôle essentiel et critique dans la reconstruction de notre pays !
Pour toutes ces raisons, Les Éditions Hatem sont strictement dans la littérature de jeunesse et on y croit qu’apprendre à lire à partir des albums est une méthode naturelle !
Je laisse maintenant la parole à notre déléguée pédagogique, Mme Zeina Mangin-Salibi qui va nous expliquer l’importance de l’objet livre par rapport au livre numérique et qui va nous donner un aperçu sur notre catalogue.
M. Hatem a passé enfin la parole à Mme Zeina Mangin-Salibi qui a présenté le catalogue de la Maison Hatem en insistant sur la nécessité d’une lecture précoce et son importance dans l’éveil de l’enfant à la lecture et à l’enseignement/l’apprentissage ».
Le débat qui a suivi la présentation était très riche et intéressant.
Dr Faten Kobrosli a insisté dans son intervention sur la lecture plaisir :
« Qu’est-ce que la lecture plaisir ?
Pour moi, la lecture est un éveil de l’âme et du cœur. Une jouissance de la pensée et des sentiments. Elle nous ouvre toutes les portes de la création et nous invite à mieux comprendre et maîtriser le monde au lieu de le fuir. Les albums, les contes, les bandes dessinées et les romans permettent de forger l’esprit critique par la confrontation entre les idées ou les idéologies. Ils nous apportent alors une inspiration nouvelle, une interprétation nouvelle du monde, et probablement une culture plus approfondie. Un livre, c’est un navire dont il faut libérer les amarres, un trésor qu’il faut extraire d’un coffre verrouillé, une baguette magique dont tu es le maître si tu en saisis les mots.
Chaque livre de jeunesse proposé par l’Edition Hatem est accompagné par un livret pédagogique. Le livret pédagogique propose à l’enseignant une démarche pédagogique et des réflexions didactiques. Une panoplie d’idées est pour interroger le texte : la compréhension, l’interprétation, l’appréciation (porter un jugement critique). On y trouve souvent une variété d’exercices composée du plus simple au plus complexe en forme et en contenu respectant ainsi les intelligences multiples. Le lecteur est invité à (cocher, relier, compléter un texte à trous, jouer avec les mots, résumer, dessiner…).
Les livres proposés par l’Edition Hatem respectent les nouveaux programmes libanais et français : les thèmes, les stratégies d’écriture respectent les différentes tranches d’âge et la progression dans un cycle scolaire et entre les cycles. Je les conseille vivement au public.
Comment développer le goût de lire ?
Certes, on ne naît pas lecteur, on le devient. De là découle l’importance de l’intervention de l’adulte dans le développement du goût de lire. Le lecteur de demain sera celui qui aura d’abord été stimulé puis accompagné dans sa rencontre avec la littérature. La famille occupe ici un rôle de premier plan, mais l’école a également son rôle à jouer afin que se développe, de façon durable, le goût de la lecture. La lecture de livres incite l’élève à en lire d’autres du même auteur ou qui explorent le même thème. Elle suscitera le désir d’écrire à l’auteur ou à la manière de l’auteur, elle fera naître le besoin d’échanger avec ses pairs sur la compréhension qu’il a du texte, sur ses goûts en lecture, son appréciation d’une œuvre, etc.
Quelles actions menées en faveur du livre et de la lecture plaisir ?
Le quart d’heure lecture, mis en place dans les écoles, collèges et lycées permet de développer la lecture plaisir à l’école, la médiation du livre et les animations dans la « bibliothèque d’école » et la « bibliothèque du quartier », le dispositif « Un livre pour les vacances », le concours de lecture à voix haute « Les petits champions de la lecture », « Si on lisait à voix haute », le « prix Goncourt » , les enseignants conçoivent des projets pour leurs élèves incluant des visites régulières dans les librairies, des rencontres avec d’autres professionnels du livre (auteurs, scénaristes, graphistes, maquettistes, éditeurs, bibliothécaires, imprimeurs, etc.), mais aussi des projets concrets (élaborer une maquette, une quatrième de couverture, rédiger un coup de cœur…). Au bout de ce parcours, l’autonomie est favorisée : un bon d’achat individuel est remis à chaque élève…etc.
A son tour, Mme Maha Husseini « Je remercie également Mme Zeina Mangin Sali bi pour la présentation très claire du catalogue des Éditions Hatem. Les illustrations des livres proposés sont très agréables et les sujets traités relèvent des centres d’intérêts des apprenants de tous les niveaux scolaires.
Je confirme ses propos sur le rôle des parents pour développer le plaisir de lire chez l’enfant. Je pense que les parents doivent le familiariser dès son plus jeune âge au livre (livre bébé en tissu, livre sensoriel interactif adapté à l’éveil de l’enfant…). Il faut qu’ils donnent le goût de la lecture à leur enfant avant sa scolarisation : lire des albums et des livres avec l’enfant, l’habituer au plaisir d’écouter des contes et des récits en CD audio, à visualiser des albums … L’enfant réalise ces activités avec ses parents avec beaucoup d’intérêt et d’amour. Plus tard, c’est à l’enseignant-e et à l’école de consolider le plaisir de lire chez l’apprenant ».
La séance est clôturée par Mme Ilham Slim-Hoteit qui a remercié les participants et a proposé une rencontre prochaine, sur le thème la lecture à l’ère du numérique ».
Ilham Slim-Hoteit
Secrétaire Générale de l’ALEF

Acheter les livres de l’ALEF sur amazon

Florilège

https://www.amazon.com/dp/B09TL3CH18/ref=mp_s_a_1_18?crid=ILWDAP7S21OY&keywords=%D8%AF%D8%A7%D8%B1+%D8%A7%D9%84%D9%86%D9%87%D8%B6%D8%A9+%D8%A7%D9%84%D8%B9%D8%B1%D8%A8%D9%8A%D8%A9&qid=1646087880&sprefix=%D8%AF%D8%A7%D8%B1+%D8%A7%D9%84%D9%86%D9%87%D8%B6%D8%A9+%2Caps%2C311&sr=8-18

 

Le numérique dans les modèles éducatifs: réalités, défis et perspectives 

https://www.amazon.com/num%C3%A9rique-dans-mod%C3%A8les-%C3%A9ducatifs-perspectives-ebook/dp/B08LZK9WFQ/ref=mp_s_a_1_1?crid=1YJL55XSRL5W&keywords=ilham+hoteit&qid=1646087947&sprefix=ilham+hoteit%2Caps%2C297&sr=8-1

 

Le plurilinguisme dans l’enseignement au XXIème siècle: atouts et défis

https://www.amazon.com/plurilinguisme-dans-lenseignement-XXI%C3%A8me-si%C3%A8cle-ebook/dp/B08LVWJD3L/ref=mp_s_a_1_2?crid=1YJL55XSRL5W&keywords=ilham+hoteit&qid=1646087947&sprefix=ilham+hoteit%2Caps%2C297&sr=8-2

 

Formation Théâtre

Association Libanaise des Enseignants de Français (ALEF)

Beyrouth – Achrafieh – École normale Nabil Azoury

www.alef-liban.org

alef.liban.2020@gmail.com

 

ENSEIGNEMENT À DISTANCE ET NUMÉRIQUE

 Webinaire : « Mettre en scène une pièce de théâtre. »

 Intégrer des pratiques théâtrales  à distance (ou en présentiel) par l’enseignant dans la classe de langue est très motivant pour les apprenants. Enseigner le français par le jeu et le théâtre leur permet  de développer l’expression corporelle et l’expression orale. Les jeux de groupe, les jeux d’expression verbale et non verbale et les jeux de rôle présentent des moyens pour un apprentissage interactif du français. L’apprenant sera invité également à regarder des pièces de théâtre en vidéo adaptées à son niveau de langue. Le projet « Jouons au théâtre en ligne » favorise la cohésion du groupe classe, il contribue aussi à éveiller la créativité des jeunes dans tous les domaines, linguistique, artistique, culturel et social.

ANIMATEUR

 Adrien Payet, enseignant, comédien et metteur en scène. Il est spécialiste de l’enseignement du français par le jeu et le théâtre. Il publie en 2010 chez CLE International l’ouvrage Activités théâtrales en classe de langue et anime des formations de formateurs et des missions d’expertise dans une cinquantaine de pays. Il développe de nombreuses formations sur les techniques d’enseignement à distance pour motiver et dynamiser les classes virtuelles. Il est co-auteur de plusieurs méthodes de FLE et de préparation au DELF. Il est également rédacteur permanent de la revue Le français dans le monde depuis sa 400ème parution.

Plus d’informations sur : http://www.fle-adrienpayet.com/

DESCRIPTIF

 Deux webinaires interactifs sur Zoom

Ces webinaires sont dirigés aux enseignants de FLE désireux de mettre en scène une pièce de théâtre avec des apprenants. Il a pour but d’initier à la mise en scène et donne les bases méthodologiques indispensables au bon déroulement du projet. Nous abordons notamment le travail autour du texte, la mise en voix et en espace, la scénographie et des techniques de régie. Les participants sont confrontés de manière pratique à l’adaptation d’une pièce à partir d’un texte, d’une poésie et d’une photo.

 

OBJECTIFS

  • Découvrir les éléments pratiques et méthodologiques pour mener à bien un projet de mise en scène.
  • Trouver un texte adapté aux apprenants de FLE et réaliser un travail pédagogique autour du texte.
  • Réaliser des adaptations théâtrales à partir d’images, de films et de textes littéraires.
  • Apprendre les techniques de scénographie et de régie nécessaires à la mise en scène.

PUBLIC CIBLE

Cette formation est adressée aux enseignant.e.s de FLS, FLE et FOS.

Cycles II et III de l’Éducation de Base, cycle secondaire, niveau universitaire.

 

DATES DES WEBINAIRES : Les 17 et 18 février.

 FORMAT ET DURÉE 

 deux webinaires interactifs sur Zoom de 1h 30 chacun.

  • de 16 h à 17 h 30 (heure du Liban)

 

MODALITÉS D’INSCRIPTION

  • Pour vous inscrire à la formation, veuillez remplir la fiche d’inscription diffusée  avec la formation sur le site de l’ALEF : alef-liban.org
  • Pour plus d’informations, veuillez nous contacter par courriel à l’adresse de messagerie électronique de l’ALEF : alef.liban.2020@gmail.com
  • Seront retenues pour cette formation les 35 premières

 

DATES IMPORTANTES

  • Date limite pour les inscriptions : 16 février 2022
  • Le lien et le code du webinaire vous seront communiqués la veille du 17 février 2022.

REMARQUES

 La formation «  Mettre en scène une pièce de théâtre »  précèdera la mise en œuvre du concours, « Jouons au théâtre en ligne : des représentations théâtrales virtuelles », afin de faciliter le travail des enseignants et des apprenants  dans ce projet innovant.

 

https://drive.google.com/file/d/18PNvIXyeXQP9YPwO5K9yrcUzT-NQy6HX/view?usp=sharing

        Initiatrice du projet : Mme Maha Husseini-Mazraani.

JIPF 2021: Après Covid 19: défis et perspectives

                   Projet de l’ALEF pour la troisième édition de la JIPF 2021

                                      « Après Covid 19 : défis et perspectives »

La pandémie de Covid 19 a entraîné l’introduction de l’enseignement en ligne demandant une adaptation et un changement des méthodes pédagogiques établies et nécessitant une formation renforcée des enseignants à l’emploi des outils numériques.

Les différentes crises auxquelles le Liban est confronté depuis 2019 ont accru les difficultés rencontrées par les enseignants qui ont dû faire preuve d’inventivité pour mener à bien leur tâche d’éducateurs.

L’Association Libanaise des Enseignants de Français (ALEF), désireuse de participer aux efforts de nos collègues, a proposé, au cours de l’année 2021, des formations sur l’enseignement en ligne et, pour briser la routine des élèves et des étudiants confinés, des concours sur la poésie, le théâtre en ligne et la chanson RAP et deux rencontres avec des écrivains qui ont remporté un vif succès.

Mais il reste encore beaucoup à faire. A l’occasion de la Journée Internationale des Professeurs de et en Français (JIPF), nous nous proposons de réfléchir, à partir des expériences passées, sur les stratégies à mettre en place pour renforcer la formation des enseignants sur des méthodes pédagogiques innovantes dans le domaine du numérique. Il est aussi très important de se pencher sur les relations entre enseignants et élèves perturbées par la longue période du confinement.

Notre projet en quatre points traitera ces différents sujets :

  • Projection d’extraits des concours de l’ALEF sur le confinement.
  • Une brève interview d’élèves et d’étudiants sur les aspects positifs du confinement.
  • Un podcast : recueillement de témoignages de membres de l’équipe pédagogique (interview du personnel enseignant, professeurs, psychologues, responsables de la vie scolaire) en vue de création d’un podcast qui sera diffusé lors des activités de la JIPF.
  • Une table ronde sur « Après Covid 19 : défis et perspectives » à laquelle seront invités des représentants du Ministère de l’Education et de l’Enseignement Supérieur (MEES), du Centre de Recherches et de Développement Pédagogiques (CRDP), de la FIPF, de l’Institut Français du Liban(IFL), de L’Agence Universitaire de la Francophonie(AUF), de l’Université Libanaise – Bureau des Langues, de TV5 et

CLE International …

Cette Table ronde traitera la problématique suivante :

Quelles stratégies face aux défis causés par la crise sanitaire ? Quels dispositifs pédagogiques innovants et durables pour la période de l’après Covid 19 ?

Les questions posées aux personnes interviewées porteront donc sur les stratégies d’avenir pour un enseignement de qualité, les dispositifs de formation innovants et durables pour assurer le développement professionnel des enseignants, notamment sur le plan du numérique, et les activités à mettre en œuvre pour retrouver une relation pédagogique saine entre tous les acteurs de l’enseignement, et entre les enseignants et les apprenants.

 

Public visé :

  • Les membres de l’ALEF.
  • Les différents acteurs pédagogiques : directeurs d’établissement et d’université, enseignants de français et en français, responsables de la vie scolaire, psychologues scolaires.
  • Un grand public.
  • Des élèves et des étudiants.

Philippe Claudel : Écrire et rêver les images

« Écrire et rêver les images »

M. Philippe Claudel nous a fait l’honneur d’inviter l’Association Libanaise des Enseignants de Français, ALEF à participer

au colloque international en présence de l’Auteur « Philippe Claudel : écrire et rêver les images » les 03 – 04 – 05 juin 2021.

Ce colloque organisé par les laboratoires RIRRA 21 (Université Paul-Valéry) & LIS (Université de Lorraine), en partenariat avec l’IUT Nancy-Charlemagne, le cinéma Diagonal, le Musée Fabre & Occitanie Livre & Lecture, n’était pas ouvert au grand public il était réservé à quelques spécialistes sur invitation.

L’ALEF représentée par sa Présidente Madame Sophie Nicolaïdès Salloum et sa Secrétaire Générale Madame Ilham

Ilham Slim-hoteit a suivi avec beaucoup d’intérêt ces trois jours d’échanges et de discussions autour de l’œuvre de Philippe Claudel qui a aimablement accepté notre invitation à une rencontre en webinaire sur Zoom avec un public libanais d’èlèves,d’étudiants et d’enseignants.

3 juin

La Session 1 inaugurale sur la peinture a débuté par la conférence de Serge Bourjea (Université Paul-Valéry Montpellier 3).

Il s’agit d’une lecture comparative avec le cinéma et les tableaux de peinture : « Il y a longtemps que je (t)’aime ».

Cette session a été suivie par « Petite visite guidée pour les participants – avec station-lecture devant La Lutte, d’Émile Friant… « À travers les chefs d’œuvre du Musée Fabre… »

Session 2 : « Aux lieux de l’image (le musée, le cinéma) »

– Aude Jeannerod (Université catholique de Lyon) : « Le musée dans l’oeuvre de Philippe Claudel : mort ou vif ? »

– Dominique Bonnet (Université de Huelva, Espagne) : « De l’image à l’écrit : voyage aller-retour dans l’univers de Philippe Claudel ».

4 juin

Session 3 : Territoires lorrains (le cinéma, la littérature)

-Emilie Léchenaut (Université de Lorraine) : « Enjeux des représentations territoriales dans les œuvres cinématographiques de Philippe Claudel : entre espaces visuels-narratifs et expérience perceptive »

– Delphine Le Nozach (Université de Lorraine) : « Philippe Claudel, un regard cinématographique qui réinvente le territoire régional »

-peter Dytr (Masaryck University, République Tchèque) : « L’anatomie de la prison selon François Bon et Philippe Claudel : regards

Session 4 : Basses continues (la mort, le rêve)

– Anne Strasser (Université de Lorraine) : « Mort l’oubli. La mort dans quelques œuvres de Philippe Claudel : usage de la vie et usage du monde »

-Pierre Bonnet (Académie de Poitiers) : « Le rêve est l’avenir du vrai : une lecture de ‘‘La Petite’’ »

Session 5 : Stratégies narratives (le roman, la scène)

-Mara Magda Maftei (Université de Bucarest, Roumanie) : « La perte de l’identité (à propos de L’Enquête) »

– Francisco González (Université d’Oviedo, Espagne) : « Ouvrir au couteau : les enjeux de l’incipit chez Philippe Claudel »

-Lieven D’hulst (KU Leuven, Belgique) : « La petite fille de Monsieur Linh mis en scène par Guy Cassiers : un projet européen »

5 juin

Session 6 : Mondes sensibles (les lieux, les odeurs)

-Pierre Schoentjes (Université de Gand, Belgique) : « Entre paysage de brouillard et pays de neige : Claudel flâneur et montagnard »

-Isabelle Dangy (CIRIEC, Saint-Étienne) : « Images odoriférantes : le désir d’absorber le monde chez Philippe Claudel »

Session 7 : De l’amitié Yves Ravey : « La lettre. La confidence, la consolation, l’intimité » Philippe Claudel & Yves Ravey : Entretien animé par Pierre Schoentjes.

Ces quelques jours nous ont plongés dans un monde merveilleux d’écriture, de rêves et d’images : textes images, cinémas et musées étaient au rendez-vous d’une œuvre riche et foisonnante.

Merci Philippe Claudel de cette invitation.

NB :

Rencontre avec Philippe Claudel

Lundi 14 juin 2021 à 16 heures sur Zoom :les coordonnées seront communiquées ultérieurement aux participants inscrits

Pr. Ilham Slim-Hoteit

Secrétaire Générale de l’ALEF